Législatives françaises: l'UMP appelle Astérix à la rescousse

Législatives françaises: l'UMP appelle Astérix à la rescousse
Législatives françaises: l'UMP appelle Astérix à la rescousse - © Tous droits réservés

Astérix le Gaulois a-t-il une couleur politique? En tout cas, des partisans de l'UMP, le parti de droite français, l’ont utilisé dans le cadre des législatives de juin prochain. Une publicité électorale appelle les citoyens français de Belgique à voter pour soutenir une candidate UMP qui "résiste pour conserver l'équilibre de la République".

C'est la première page de chaque aventure d'Astérix: toute la Gaule est occupée par les Romains sauf un petit village d’Armorique qui résiste encore et toujours à l’envahisseur.

Dans le cadre de sa campagne électorale, la section belge de l’UMP a utilisé l’image de ce village transformé ici en assemblée nationale, la seule entité qui reste encore aux mains du parti de droite, cerné de toutes parts par les socialistes.

"Pas très habile de la part de l’UMP"

Dans ce détournement parodique relevé par Slate.fr, les irréductibles Gaulois deviennent ainsi les défenseurs de l'UMP. Une drôle de potion magique qui fait plutôt ricaner les candidats rivaux.

"Le dessin en question n’est pas très habile de la part de l’UMP", estime Stéphane Buffetaut, candidat du Parti Chrétien Démocrate pour la circonscription du Benelux aux législatives de juin. "Parce que si l’UMP est assiégé de cette façon-là, c’est parce qu’il a perdu successivement toutes les élections : les présidentielles, les cantonales, la plupart des municipales pour ce qui concerne les villes moyennes et les grandes villes…", constate-t-il au micro de Pierre Marlet.

Un procédé illégal

Quoi qu'il en soit, ce genre de procédé mis en pratique sans l'autorisation des auteurs concernés, c'est illégal. Même si utiliser des œuvres artistiques pour appuyer son message politique est une tentation à laquelle la communication politique a déjà plusieurs fois cédé par le passé.

"C’est en tout cas une tentation qui a souvent été le fait du parti ex-gaulliste en France puisque lors d’une des campagnes de Jacques Chirac pour la mairie de Paris, il s’était servi sur des grands panneaux de 20m² d’un morceau d’une chanson de Jacques Brel", rappelle dans notre JT de 13h de ce samedi Alain Berenboom, avocat spécialiste des droits d’auteurs. "La famille Brel avait d’ailleurs attaqué et gagné", précise l’avocat.

Il y a également un autre précédent entre l’UMP et Astérix, relevé par @Le_M_Poireau sur Twitter.

En 1998, le RPR (parti républicain ancêtre de l’UMP) avait réalisé une affiche reproduisant les célèbres bagarres du village gaulois. L’affiche était surmontée du slogan: "Gaulois, Gauloises, Vous en avez marre de la droite la plus bête du monde? Nous aussi!!!". La conclusion de l’affiche était : "RPR: il est temps de se rassembler".

Cependant, le RPR n'avait pas demandé l’autorisation à Albert Uderzo, le dessinateur d'Astérix. Ce dernier avait également fait savoir de façon très claire que les auteurs et dessinateurs d’Astérix avaient toujours refusé que les personnages d'Astérix et Obélix soit utilisés par "un quelconque parti politique, qu'il soit de gauche ou de droite". Après qu’Albert Uderzo ait demandé à son avocat de prendre les choses en main, Nicolas Sarkozy et le RPR ont changé l’affiche, conservant la référence aux Gaulois et la bagarre mais pas le dessin d'Uderzo.

Une initiative personnelle d’un militant anonyme d'après l'UMP

Par rapport au dessin détourné dans cette campagne législative de 2012, à l'UMP on avance que ce n’est pas le parti qui est à l’origine du détournement mais juste l'initiative personnelle d'un militant anonyme. Cela dit on approuve le fond du message : l'UMP doit gagner les législatives pour résister à la marée socialiste.

"L’élection législative n’est pas jouée, c’est un vrai combat et peut-être, qui sait ?, les Français ont-ils envie d’équilibrer les pouvoirs. C’est bien français cela, de ne pas vouloir mettre tous ses œufs dans le même panier", commente Marie-Anne Montchamp, candidate de l’UMP pour la circonscription du Benelux.

Mais pour parvenir à gagner ce combat électoral, il faudra y aller sans l'aide des irréductibles Gaulois, sans quoi l’on s'expose à des ennuis judiciaires.

Pierre Marlet avec Julien Vlassenbroek

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK