Législatives en France: quelle sera la marge de manœuvre du président?

A peine plus d'un mois après avoir élu Emmanuel Macron président de la Cinquième République, les Français doivent à nouveau se rendre aux urnes, cette fois dans le cadre des législatives. Le scrutin se déroule également en deux tours et doit renouveler l'ensemble de l'Assemblée nationale.

L'élection législative en France est un scrutin majoritaire uninominal à deux tours. Concrètement, cela signifie que le territoire français est découpé en 577 circonscriptions au sein desquelles un seul député est élu à l'issue d'un vote opposant un seul candidat par parti (et éventuellement des candidats indépendants).

Deux tours pour un siège

Un candidat réunissant 50% des suffrages (représentant au moins 25% des électeurs inscrits) est élu dès le premier tour. Si ce cas de figure n'est pas rempli, un deuxième tour est organisé. Tous les candidats ayant réuni un nombre de voix égal ou supérieur à 12,5% des électeurs inscrits peuvent y participer. Sinon, ce sont les deux candidats arrivés en tête du premier tour qui concourent.

La France est actuellement régie par un régime semi-présidentiel. A la différence des Etats-Unis, le président n'est pas le seul dépositaire du pouvoir exécutif, mais contrairement à l'Allemagne ou à l'Italie, le chef de l'Etat conserve des prérogatives exclusives dans le domaine politique. Cet exécutif bicéphale partagé entre le président et le Premier ministre est également en vigueur, en Europe, en Finlande, au Portugal et en Roumanie.

Parmi ses attributions, le président dirige le Conseil des ministres. Il est également chef des armées et en charge de la diplomatie, ainsi que garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire.

Enjeux cruciaux

La nouvelle composition de l'Assemblée nationale est un enjeu crucial pour le président Macron. S'il peut compter sur une majorité soutenant son projet, il devrait pouvoir mettre les mesures phares de son programme en oeuvre. De plus, cela lui permettra de conserver son gouvernement, qui a été mis sur pied le 17 mai.

Le Premier ministre Edouard Philippe a cependant annoncé que les ministres se présentant aux législatives qui ne seraient pas élus, devront céder leur maroquin.

Si la majorité devait échoir à une autre formation politique, Emmanuel Macron serait acculé à la cohabitation, ce qui constituerait un cas de figure unique depuis 2002 et l'organisation des législatives dans la foulée de l'élection présidentielle.

Dans ce cas, l'essentiel des pouvoirs politiques, hors prérogatives exclusives du président, serait l'apanage du Premier ministre, qui bénéficierait de la confiance du Parlement.

Emmanuel Macron et son épouse Brigitte ont voté ce dimanche

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK