Législatives en Finlande: des affaires d'aggressions sexuelles réveillent les mouvements anti-immigration

Jussi Halla-aho, président du parti "Vrais Finlandais"
Jussi Halla-aho, président du parti "Vrais Finlandais" - © JUSSI NUKARI - AFP

L'écho médiatique de sordides affaires d'agressions sexuelles à Oulu, ville portuaire du nord de la Finlande, a ragaillardi les Vrais Finlandais, un parti populiste anti-immigration qui espère surprendre aux législatives de dimanche.

Arrivé il y a sept ans de sa Syrie natale, Jabo Waleed, un père de famille gérant d'un kebab en centre-ville, l'assure: "Ce n'est plus comme avant". "Ma femme est finlandaise, j'ai beaucoup d'amis finlandais, mais quand vous marchez seul dans la rue, quand vous conduisez ou quand vous allez dans un magasin, les gens vous regardent vraiment différemment", raconte-t-il à l'AFP dans un finnois impeccable.

Jabo Waleed n'est pas le seul à exprimer son malaise depuis l'arrestation fin décembre de plusieurs hommes d'origine étrangère soupçonnés d'agressions sexuelles à Oulu, suivie un mois plus tard de nouvelles arrestations dans le cadre de quatre enquêtes sur des viols et abus sexuels présumés sur des filles de moins de 15 ans.

Hyper médiatisées, ces affaires ont suscité l'indignation et une vague de soutien en faveur des Vrais Finlandais, parti populiste et eurosceptique qui s'est engagé à serrer la vis migratoire.

En 2018 - selon une étude conduite par l'Union européenne dans 12 pays - la Finlande, pays d'Europe de l'ouest comptant le plus faible taux de personnes nés à l'étranger, a enregistré le taux le plus élevé de violences raciales et de harcèlement envers les personnes d'origine africaine.

Alors qu'il ne compte que 6,6% de personnes nées à l'étranger, l'immigration a été un sujet de campagne sans précédent dans le pays, jusqu'alors dominé par des préoccupations sociales et climatiques. D'autres partis, de gauche comme de droite, ont emboîté le pas aux Vrais Finlandais, appelant à durcir la loi à l'encontre des migrants coupables de crimes.

D'eurosceptique à anti-immigration

"Des personnes sont violées, des personnes sont tuées. Mais les autres partis ne s'intéressent qu'à la question de savoir si le soutien aux Vrais Finlandais monte ou pas", ironisait en début d'année Jussi Halla-aho, président du parti.

Les sondages classent actuellement le parti au coude à coude avec la coalition nationale (droite), derrière les sociaux-démocrates (gauche) mais devant le Parti du centre du Premier ministre sortant Juha Sipilä.

"Sa base est composée d'une majorité d'hommes issus du monde ouvrier, mais aussi de petits commerçants (...), vivant dans des petites villes et des villages", détaille Tuomo Turja, directeur de recherche à l'institut de sondage Taloustutkimus.

La formation n'est pas une force nouvelle: elle avait créé la surprise aux législatives de 2011 en se hissant à la troisième place.

Sous la direction du ministre des Affaires étrangères sortant Timo Soini, le parti avait fait fructifier son capital sympathie en dénonçant les sauvetages conduits par l'Union européenne au Portugal et en Grèce. 

En 2015, le parti, deuxième aux législatives, entrait dans le gouvernement de centre-droit. Deux ans plus tard, il implosait à l'arrivée à sa tête de Jussi Halla-aho, laquelle consacrait la victoire de l'aile droite au sein du mouvement mais aussi son départ de l'exécutif.

Une majorité de ses députés et cadres, dont le chef de la diplomatie, en avait claqué la porte et créé un nouveau parti, Nouvelle Alternative (rebaptisé Réforme bleue par la suite).

Gouverner ou ne pas gouverner ?

Jussi Halla-aho ne cache pas son envie de faire revenir les Vrais Finlandais au pouvoir. Une gageure tant que tient contre lui le "front républicain". "Le message répandu (par les autres partis) est de ne pas voter pour les Vrais Finlandais car ils n'accepteront pas de (négocier une) coalition gouvernementale avec eux", a-t-il dénoncé à la télévision publique en février.

Les principaux partis du paysage politique finlandais ont déjà fait part de leur aversion pour une coalition avec les Vrais Finlandais --bien que peu d'entres eux aient totalement exclu une coopération, préférant attendre l'issue du scrutin.

Dans les rues d'Oulu, où la question de l'immigration a émergé pour la première fois lors de cette campagne, ils sont peu nombreux à afficher leur soutien aux Vrais Finlandais. "Il n'est pas toujours socialement acceptable de dire que vous votez pour les Vrais Finlandais, ce qui fait qu'ils pourraient avoir des soutiens invisibles", avance Tuomo Turja.

Heikki Lehtovuori, médecin à la retraite, dit s'intéresser aux questions climatiques plus qu'à l'immigration. "Je suis sûr que la majorité des gens pensent la même chose que moi, que des personnes autres que des Finlandais ont besoin d'un travail ici", assure-t-il à l'AFP.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK