Législatives britanniques: le parti conservateur gagne les élections, mais perd sa majorité absolue

Dans tout le pays, le vote se déroulait parfois dans des lieux insolites
Dans tout le pays, le vote se déroulait parfois dans des lieux insolites - © LINDSEY PARNABY - AFP

Selon une estimation Ipsos/MORI, le parti conservateur obtiendrait 314 sièges à la chambre des communes, contre 266 sièges pour le parti travailliste. Une victoire mitigée pour Theresa May qui perdrait alors sa majorité absolue. Dès la publication du sondage, la livre sterling a baissé  à $1,2785 (-1,3%) et 87,80 pence pour un euro (-1,5%).

Les Tories décrochent 314 sièges, contre 330 dans l'assemblée sortante, tandis que les travaillistes de Jeremy Corbyn gagnent 32 sièges à 266 mandats,. Si ces projections étaient confirmées, cela signifierait un échec cinglant pour Theresa May, qui avait convoqué ces élections anticipées dans le but de conforter sa majorité en vue des négociations du Brexit. Mme May disposait dans le Parlement précédent d'une majorité de 17 voix.

Exit pour l'Ukip

Quant aux indépendantistes écossais du SNP, ils perdent une vingtaine de sièges, avec 34 sièges, et les Libéraux-Démocrates sont en progression avec 14 sièges. Selon ces même projections, le parti europhobe Ukip a lui disparu du Parlement.

A Londres, Birmingham, Manchester, Liverpool ou Glasgow, les bureaux de vote étaient accessibles jusqu'à 22h00 (23h00 HB). il a fallu attendre leur fermeture pour que soit autorisée la publication de sondages de sortie des urnes et des projections. Le résultat officiel du scrutin est attendu vendredi à l'aube.

Brexit et sécurité étaient au cœur des préoccupations des électeurs britanniques lors de législatives au résultat incertain, cruciales pour les négociations sur la sortie de l'UE, organisées avec une sécurité renforcée en raison du climat de menace djihadiste.

Une couverture médiatique particulièrement réservée

En Grande-Bretagne, la couverture de la journée d’élection a été très différente de ce que l’on peut vivre en France ou en Belgique. Les médias sont particulièrement discrets, et si la machine à tweets a bien fonctionné, c’est surtout pour montrer des photos d’électeurs ou mêmes de chiens d’électeurs qui ont rencontré beaucoup de succès sur les réseaux sociaux.

Dans tout le pays, le vote se déroulait parfois dans des lieux insolites. Près d'Oxford (centre), un bureau a été installé dans une laverie automatique, où l'urne posée sur une table en formica côtoyait une longue rangée de machines à laver. A Brighton (sud), les électeurs votaient dans un moulin à vent du XIXe siècle. Plusieurs églises étaient réquisitionnées à travers le pays (voir notre photo).

Theresa May espérait une majorité de 50 sièges

Theresa May, qui a voté dans la matinée dans le village de Sonning (ouest de Londres), espérait porter sa courte majorité de 17 à une cinquantaine de sièges au Parlement pour se mettre à l'abri de toute rébellion dans son camp.

"Donnez-moi un mandat clair pour négocier le meilleur accord possible pour le Royaume-Uni", a-t-elle demandé aux électeurs. A la lumière des premières estimations, elle a raté son pari. Ce qui l'affaiblira dans les négociations avec Bruxelles et au sein même de sa propre formation politique.

Son rival travailliste, Jeremy Corbyn, veut, lui, adopter un ton plus conciliant avec Bruxelles et garder un accès au marché unique européen. Tandis que les centristes du parti Libéral-démocrate et les nationalistes écossais du SNP ont placé la question européenne au centre de leur campagne. 

Sur le plan national, la campagne, nerveuse, ultra-courte et bouleversée par les attentats, s'est jouée d'abord sur des thèmes de proximité comme la défense du système de santé public NHS, qui ont favorisé  les travaillistes de Jeremy Corbyn.

A l'aise sur ce terrain, celui-ci a étonné jusqu'au sein de son propre parti, dont 80% des députés avaient tenté de le renverser.

Theresa May, en revanche, a peiné à enthousiasmer ses partisans en se contentant de décliner ses éléments de langage en petit comité. Si les premières estimations chiffrées de la nuit se confirment, le thé du matin de Theresa May sera amer.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK