Législation sur les armes: B. Obama doit agir "maintenant ou jamais"

La tragédie de Newton a marqué l'opinion publique américaine
La tragédie de Newton a marqué l'opinion publique américaine - © Archive RTBF

Si le président Obama ne concrétise pas des mesures propres à éviter d'autres tueries en série, il ne le fera jamais estime la politologue Nicole Bacharan interrogée par la RTBF.

L’impact émotionnel est très important dans la société américaine suite à la tuerie de Newtown. Mais cette tragédie aura-t-elle des suites politiques aux Etats-Unis ? "C’est maintenant ou jamais" estime la politologue Nicole Bacharan, spécialiste de la société américaine, interrogée par Bertrand Henne : "Ce carnage, dans ses dimensions et par le fait que c’est presque un cas de laboratoire (quel est le maximum de dégâts que l’on peut faire en un minimum de temps quand on a à sa disposition un arsenal de guerre), par l'extrême jeunesse de ces victimes. Au-delà de ça, le fait que cela se soit passé dans une école de cette petite ville du Connecticut : ce n’est pas le Texas ou l’Arizona. Le Connecticut, c’est l’Amérique des livres d’images. Et on a vu le président Obama marqué, bouleversé, au bord des larmes : il était totalement en phase avec l’émotion du pays. S’il n’a pas le courage d’agir aujourd’hui, ce ne sera jamais. Il ne peut pas risquer de ne rien faire. S’il ne se montrait pas un vrai leader, il serait très affaibli, y compris pour les autres dossiers qui lui tiennent à cœur comme la négociation budgétaire ou la réforme annoncée sur l’immigration".

Le taureau par les cornes

Barack Obama a annoncé des mesures. Pour Nicole Bacharan il y a deux chemins : "L’un c’est de prendre le taureau par les cornes et de proposer une législation sur le contrôle des armes (comment en vendre moins, comment en produire moins…). Ce serait la bataille la plus dure à mener devant le un Congrès divisé avec une Chambre des représentants qui lui est hostile. L’autre chemin c’est augmenter les contrôles au moment de la vente des armes. Lorsque des armes sont vendues par des armuriers, certains contrôles existent sur le passé judiciaire et psychiatrique des acheteurs. Les législations varient d’un Etat à l’autre et il pourrait y avoir un renforcement et une unification. Il y a beaucoup de lieux où il n’y a aucun contrôle du passé des acheteurs : les ventes sur internet, les ventes d’armes d’occasion et dans les foires aux armes. Un projet de législation sur ces contrôles renforcés a mûri au département de la Justice ; il a commencé à être entamé après la tuerie dans l’Arizona en 2011. Puis, campagne électorale oblige et à cause de la peur générale devant le si puissant lobby des armes on n’a rien fait. Il y a des choses qui sont presque prêtes, donc  j’imagine que c’est vers cette voie que Barack Obama se dirigera" estime Nicole Bacharan.

"Il faut bien voir que le soutien des armes à feu, aux Etats-Unis, traverse les dichotomies politiques. Certes, l'écrasante majorité des Républicains sont favorables au second amendement de la Constitution et à son respect, c'est-à-dire à la liberté pour n'importe qui de se pointer dans un magasin et d'acheter un fusil d'assaut ou un fusil semi-automatique comme l'a utilisé Adam Lamza à Newtown. Mais ceci dit, il ne faut pas se cacher qu’il y a énormément de Démocrates, au Congrès même, qui sont favorables au droit du port d'armes" rappelle de son côté la correspondante aux Etats-Unis de la RTBF Marie-Christine Bonzom.

A.L. avec B. Henne

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK