Le Yémen et Oman demandent aux populations de quitter les côtes à cause du cyclone Chapala

Les autorités d'Oman ont, elles, déjà émis une série d'alertes, pour avertir la population de crues potentielles.
Les autorités d'Oman ont, elles, déjà émis une série d'alertes, pour avertir la population de crues potentielles. - © Tous droits réservés

Les autorités du Yémen et d'Oman ont pressé leurs populations de quitter les régions côtières à l'approche d'un puissant cyclone. Baptisé Chapala, celui-ci pourrait balayer cette zone dès lundi. Selon les experts, il s'agit d'un "cyclone tropical très rare" qui pourrait avoir un fort impact.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence spécialisée des Nations unies, avait déjà mis en garde les deux pays vendredi. Dans la foulée, l'agence météorologique yéménite a appelé les résidents des provinces du sud-est, Hadramout et Mahra, ainsi que ceux de l'île de Socotra, à se tenir à au moins un km des côtes.

Crues potentielles

L'OMM a indiqué que les ports et les aéroports devront arrêter leur activité au passage du cyclone, et exhorté les pêcheurs à ne pas sortir en mer ainsi qu'à mettre leurs bateaux à l'abri.

Les autorités d'Oman ont, elles, déjà émis une série d'alertes, pour avertir la population de crues potentielles. Elles ont également ordonné la fermeture des écoles dimanche et lundi dans la province de Dhofar, dans le sud-ouest du sultanat.

Des vagues pouvant atteindre 7 mètres de haut sont attendues sur les côtes de Dhofar, a prévenu l'autorité de l'aviation civile d'Oman. Des équipes médicales et des plongeurs ont été envoyés dans la zone, a rapporté l'agence officielle omanaise ONA.

Des images satellite ont montré que le cyclone s'approchait des côtes avec des vitesses de vent comprises entre 220 et 250 km/heure, a-t-elle ajouté. Chapala correspond à un ouragan de catégorie 4 (sur une échelle allant jusqu'à 5), selon l'ONU.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK