Le typhon Haiyan laisse un paysage de désolation aux Philippines

Plus de 48 heures après le passage d'un des typhons les plus violents, le centre de l'archipel était le théâtre de scènes d'horreur, alors que les rescapés désespérés cherchaient à boire et à manger. Les survivants du typhon fouillaient dimanche les décombres entremêlés aux cadavres dans le centre des Philippines, une région dévastée par Haiyan. Des habitants, armés et affamés, s'attaquaient aux magasins et aux convois apportant une aide insuffisante.

"Nous avons eu une réunion avec le gouverneur (de la province) la nuit dernière et en nous basant sur les estimations du gouvernement, il y a 10 000 victimes (décès)", a déclaré à la presse Elmer Soria, un haut responsable de la police.

Haiyan a fait au moins 300 morts et 2000 disparus sur la seule île de Samar, au centre de l'archipel philippin, une région balayée en fin de semaine par ce typhon parmi les plus violents à jamais avoir touché terre, ont indiqué dimanche les autorités.

300 personnes sont confirmées mortes à Basey, une petite ville de Samar, tandis que 2000 personnes sont portées disparues à travers toute l'île, a indiqué Leo Dacaynos, membre du conseil de gestion des catastrophes, à la radio DZBB.

Sur l'île voisine de Leyte, les autorités craignent un bilan de 10 000 morts, avaient-elles indiqué dimanche matin. Ces deux îles se trouvaient au centre de la trajectoire de Haiyan, lorsqu'il a touché terre vendredi à l'aube, accompagné de vagues de plusieurs mètres et de vents avec des pointes dépassant les 300 km/h.

De nombreuses communautés restaient dimanche injoignables et le bilan pourrait encore s'aggraver. Aucun contact notamment n'a encore été établi avec la cité portuaire de Guiuan, sur Samar, point d'entrée du typhon dans ce pays vendredi à l'aube.

Paysage de désolation

Des vagues d'une hauteur de six mètres ont tout englouti. Les maisons comme les êtres humains réfugiés sur les toits. A présent le tableau est apocalyptique : des rescapés errent dans les gravats, des morts qui jonchent les rues ou flottent parmi les débris... Faim et soif menacent, les épidémies pourraient se déclencher. Les services municipaux n'ont pas de personnel pour évacuer les corps.

Les pillages ont commencé. Piller pour échanger contre un peu de nourriture. Le Programme alimentaire mondial a annoncé l'envoi de rations énergétiques, et l'Union européenne se dit prête à aider.

Aide d'urgence de 3 millions d'euros de la Commission européenne

La Commission européenne "a déjà envoyé une équipe pour assister les autorités, et nous sommes prêts à contribuer (aux secours) par une aide d'urgence si cela est requis", avait fait savoir son président, José Manuel Barroso. L'annoncé d'un déblocage de 3 millions d'euros pour aider les Philippines n'a pas traîné.

Ces fonds "couvriront les besoins les plus urgents dans les zones les plus affectées" par le typhon, dans le centre de l'archipel, a précisé la Commission dans un communiqué.

La Commission "et ses partenaires humanitaires vont coordonner de près avec les autorités locales et nationales les opérations d'assistance", ajoute le communiqué.

Des experts humanitaires de la Commission "sont sur le terrain" et "suivent la situation" en permanence pour évaluer les besoins supplémentaires.

Les Philippines abonnées aux catastrophes naturelles

Le pape François a appelé dans un tweet les catholiques à prier pour les victimes et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est dit "profondément attristé par l'ampleur des pertes humaines".

Chaque année, les Philippines sont touchées par une vingtaine de grosses tempêtes ou de typhons, entre juin et octobre. L'archipel est la première terre que rencontrent ces phénomènes météorologiques qui se forment au-dessus du Pacifique.

Typhon, séismes, volcans... le pays subit régulièrement les foudres de la nature, avec presque à chaque fois un bilan d'autant plus meurtrier que la nation est pauvre et gangrénée par la corruption.

Le typhon, plus faible, aborde le Vietnam

Haiyan n'en a pas fini, il poursuit son voyage meurtrier : il se dirige maintenant vers Hanoï, la capitale du Vietnam.

Il s'est manifestement atténué en approchant dimanche les côtes du Vietnam, où des évacuations massives ont été ordonnées.

"Nous avons évacué plus de 174 000 foyers, soit plus de 600 000 personnes", a annoncé un communiqué du département vietnamien pour le contrôle des inondations et des tempêtes.

Au moins quatre personnes ont été tuées en se préparant au typhon, selon des responsables vietnamiens, en coupant des arbres ou consolidant leurs maisons.

Quelque 200 000 des personnes évacuées dans les provinces du centre ont été autorisées à rentrer chez elles en raison d'un changement de trajectoire du typhon vers le nord, qui a forcé à l'évacuation dimanche 52 000 nouvelles personnes, selon le site d'informations officiel VNExpress. "Les gens doivent apporter suffisamment de nourriture et autres produits nécessaires pour trois jours (...). Ceux qui ne veulent pas être déplacés seront forcés", a-t-il ajouté.

Baisser en violence

Haiyan, l'un des typhons les plus violents à jamais avoir touché terre, s'est affaibli lors de la traversée de la mer de Chine du Sud.

Il devrait être rétrogradé en catégorie 1 lorsqu'il touchera la côte du Vietnam lundi matin, soit 24 heures après ce qui avait été initialement prévu, a indiqué le Bureau vietnamien de la météo. "Haiyan avance rapidement vers le nord/nord-ouest, à une vitesse de 35 km/heure", selon les météorologues. Il doit toucher terre lundi à 7h, avec des vents à 74 km/h, soit bien moins violents que les pointes de plus de 300 km/h enregistrées aux Philippines vendredi.

Mais selon la Croix-Rouge, le changement de trajectoire risque d'"élargir la zone de la catastrophe de neuf à au moins quinze provinces", forçant à disperser les opérations de secours. "C'est l'un des défis" à relever, a commenté Michael Annear, représentant de la Croix-Rouge au Vietnam, notant qu'avec le changement de trajectoire, les pluies diluviennes et les inondations pourraient également toucher la capitale.

Selon les commentaires postés sur les réseaux sociaux, de nombreux habitants de Hanoï ont d'ailleurs commencé à stocker de la nourriture et de l'eau avant l'arrivée de Haiyan.

Tous les bateaux ont d'autre part été rappelés dans les ports et la compagnie aérienne nationale Vietnam Airways a annulé 62 vols.

RTBF, avec agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK