Le statut légal de mer Caspienne: ni une mer, ni un lac, mais un accord "historique"

Les responsables des cinq pays bordant la mer Caspienne ont signé dimanche au Kazakhstan une convention définissant le statut légal de cette mer stratégique, qui recèle d'importants gisement d'hydrocarbures, a constaté l'AFP.

Réunis dans le port kazakh d'Aktaou, les responsables de Russie, d'Iran, du Kazakhstan, d'Azerbaïdjan et du Turkménistan ont paraphé ce document qui donne à la mer Caspienne un statut dont elle était privée depuis le dissolution de l'Union soviétique.

"Un événement historique"

L'hôte de la cérémonie, le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, avait déclaré avant la signature que les dirigeants allaient participer dimanche à un "événement historique".

"Nous pouvons dire qu'un consensus sur le statut de la mer a été difficile à atteindre et qu'il a pris du temps, les pourparlers se sont échelonnés sur 20 ans et ont nécessité des efforts importants et conjoints des parties impliquées", a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine, puissance favorable à cet accord, a évoqué une convention dont la "signification fera époque" et plaidé pour une plus grande coopération militaire pour les pays de la mer Caspienne.

L'accord devrait aider à apaiser les tensions existant de longue date dans la région, qui recèle de vastes réserves d'hydrocarbures, estimées à près de 50 milliards de barils de pétrole et près de 300.000 milliards de m3 de gaz naturel.

Partiellement en zone partagée

Selon le Kremlin, l'accord préserve la plus grande partie de la Caspienne en tant que zone partagée, mais partage entre les cinq pays les fonds marins et les ressources sous-marines.

Selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Grigori Karassine, la Caspienne bénéficiera d'un "statut légal spécial" : ni mer, ni lac, qui ont tous deux leur propre législation en droit international.

Cinquième sommet du genre 

Le sommet de dimanche à Aktaou au Kazakhstan est le cinquième du genre depuis 2002, tandis que se sont tenus plus de 50 réunions ministérielles et techniques depuis la dissolution de l'URSS, qui a placé quatre nouveaux pays sur les rives de la Caspienne.

Si cet accord va "étendre les possibilités de coopération" entre les cinq Etats bordant la Caspienne, certains pays risquent d'en sortir davantage gagnants que d'autres, selon Ilham Shaban, président du groupe de réflexion Caspian Barrel.

Le Turkménistan, un des pays les plus fermés de la planète, a ainsi proclamé le 12 août "Journée de la mer Caspienne" en l'honneur du futur accord, affichant ainsi son enthousiasme.

Voici cinq choses à savoir sur cette vaste étendue d'eau dont le statut légal fait l'objet de négociations depuis plus de vingt ans.

Mer ou lac ?

Mer ou lac ? La question divise toujours autant les experts. Ce qui est sûr, c'est que la Caspienne constitue la plus grande étendue d'eau enclavée au monde avec près de 70.000 kilomètres cube, soit plus que la mer du Nord et la mer Baltique.

Alimentée par la Volga, on la qualifie souvent de "mer fermée" à l'exemple de la mer d'Aral. L'accord qui doit être signé dimanche qualifie la Caspienne de "mer" mais est censé lui donner un statut légal spécial, selon Moscou.

Hydrocarbures

L'une des raisons de l'intérêt des pays riverains pour la mer Caspienne sont les riches réserves d'hydrocarbures qu'elle renferme.

Selon les estimations, ses eaux salées recèlent près de 50 milliards de barils de pétrole et 300.000 milliards m3 de gaz naturel. Le plus gros gisement, Kachagan au Kazakhstan, renferme 13 milliards de barils de pétrole.

Extraire les hydrocarbures de l'eau n'est toutefois pas toujours aisé comme l'ont montré les retards dans l'exploitation de Kachagan, qui pose de nombreux défis technologiques: faible profondeur de l'eau, gelée en hiver, et réserves soumises à très hautes pressions.

Caviar

La Caspienne abrite la population la plus élevée au monde de grand esturgeon bélouga, dont les oeufs sont consommés sous forme de caviar. Le caviar le plus cher de la Caspienne provient des oeufs d'un rare esturgeon albinos présent dans le sud de l'étendue d'eau.

Les militants écologistes dénoncent une pêche intensive qui épuise les stocks et espèrent que le nouvel accord donnera un coup de pouce aux efforts de préservation.

Selon le livre Guiness des records, un kilogramme du caviar d'esturgeon d'Iran peut atteindre jusqu'à 25.000 dollars.

Tourisme local

Les côtes couvertes d'écume et les eaux agitées de la Caspienne semblent pas être une destination touristique idéale, mais pour les citoyens du Turkménistan et d'Azerbaïdjan, elles représentent un séjour à la plage idéal.

Les deux pays riverains ont investi massivement pour développer le tourisme au bord de la Caspienne, orienté surtout vers un public local. Certains endroits souffrent pourtant de la pollution liée à l'industrie du pétrole et aux déchets industriels.

Ces dernières années, les autorités azerbaïdjanaises et russes ont décrété plusieurs plages dangereuses pour la baignade, ce qui n'empêche pas certains nageurs de s'y risquer malgré tout.

Monde de Narnia?

L'écrivain britannique C. S. Lewis a nommé "Caspian" l'un des personnages de sa saga fantastique culte "Le Monde de Narnia". Si le lien n'est pas prouvé, les sept tomes regorgent de références aux langages et aux cultures dominant la région.

Parmi ces références figurent le lion Aslan, dont le nom est dérivé du mot "lion" dans plusieurs langues turques dont l'azéri et le turkmène.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK