Le sol de l'Arctique s'est réchauffé au point de libérer plus de carbone en hiver que les plantes nordiques peuvent en absorber en été

Le sol de l'Arctique s'est réchauffé au point de libérer plus de carbone en hiver que les plantes nordiques peuvent en absorber en été
Le sol de l'Arctique s'est réchauffé au point de libérer plus de carbone en hiver que les plantes nordiques peuvent en absorber en été - © JOE RAEDLE - AFP

 

Le pergélisol est maintenant un émetteur de carbone , montre une nouvelle étude publié dans Nature Climate Change et qui relayée par nos confrères de Radio Canada.

Cette nouvelle étude révèle que la vaste ceinture mondiale de toundra qui de fait est un gigantesque réservoir contenant nettement plus de carbone que ce qu'on trouve déjà dans l'atmosphère est en voie de devenir une source des gaz à effet de serre.

Il y a une perte nette ", a déclaré l'un des 75 coauteurs d'un article, le professeur Jocelyn Egan, de l'Université Dalhousie.

Les recherches menées par des scientifiques de 12 pays et de dizaines d'institutions ont amené à des résultats surprenant. Selon eux, beaucoup plus de carbone est libéré dans l'atmosphère que prévu. "Les résultats montrent que les émissions de dioxyde de carbone — soit 1,7 milliard de tonnes par an — sont environ deux fois plus élevées que les estimations précédentes".

Les scientifiques ont installé des détecteurs de dioxyde de carbone sur le sol dans plus de 100 sites situés autour de l'Arctique circumpolaire pour voir ce qui se passait réellement et ont effectué plus d'un millier de mesures.

Entre 2015 et 2019, la fonte des glaces en Arctique a été la plus importante jamais enregistrée, selon un rapport de l'Onu sur le réchauffement climatique publié en septembre.

Archives : Journal télévisé du 25/09/19

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK