Le Sénégal n'extradera pas l'ex-président Hissène Habré vers la Belgique

Hissène Habré en 1987
Hissène Habré en 1987 - © AFP

Le Sénégal n'extradera pas l'ex-président Hissène Habré vers la Belgique mais le jugera lui-même. C'est la déclaration faite ce lundi au magazine jeune Afrique par le président sénégalais. La Belgique avait lancé en septembre 2005 un mandat d'arrêt international contre Hissène Habré pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et tortures, toutes infractions graves du droit humanitaire international et puis avait saisi la cour internationale de justice en 2009.

Ancien chef rebelle devenu président du Tchad en 1982, Hissène Habré a été renversé en 1990 par l'actuel président tchadien Idriss Deby. Depuis sa chute, il vit en exil à Dakar en résidence surveillée.

Sous son régime, plus de 40 000 citoyens ont été assassinés et de nombreux autres torturés. Sur base d'une plainte d'une victime belge d'origine tchadienne qui permet l'application de la loi de compétence universelle, la Belgique a lancé contre lui un mandat d'arrêt international.

À plusieurs reprises, le Sénégal a refusé l'extradition sous divers motifs, mais affirmait qu'il le jugerait lui-même. Mais il disait aussi ne pas avoir d'argent pour organiser ce procès. L'union européenne a alors dégagé un budget suffisant pour le procès.

Comme le Sénégal trainait toujours des pieds, la Belgique a saisi la Cour internationale de justice pour qu'elle oblige le Sénégal soit à extrader l'ancien dictateur en Belgique, soit à le juger. Cette requête a été plaidée en mars dernier devant la Cour par le Ministère belge des Affaires étrangères qui a cité en audience de nombreux exemples dramatiques de crimes et tortures.

L'arrêt de la Cour est attendu et, s'il est positif, il constituerait une première. Est-ce pour prévenir cette échéance et à court d'arguments ? Le nouveau président sénégalais annonce en tout cas que son pays va juger lui-même les crimes d'Hissène Habré et refuse de toute façon l'extradition vers la Belgique.  

Marc Molitor