Le Royaume-Uni investit trois milliards de livres pour relancer le transport en bus

Le gouvernement britannique a annoncé lundi un investissement de trois milliards de livres afin de moderniser les réseaux de bus en Angleterre et encourager plus de personnes à les fréquenter.

Le Premier ministre conservateur Boris Johnson assure qu'il s'agit de la réforme la plus ambitieuse depuis une génération, qui doit lui permettre de respecter sa promesse de campagne d'aider les régions en dehors de Londres. L'objectif sera de proposer des trajets en bus moins onéreux, plus fréquents et plus simples d'utilisation.

Par exemple, il y aura un tarif plafonné à la journée qui permettra de prendre le bus autant de fois que désiré sans surcoût. Davantage de bus seront proposés les soirs et week-ends, et les correspondances avec les trains seront facilitées. Les bus "permettent aux gens d'aller au travail, de transporter les retraités et les jeunes gens pour voir leurs amis, aident les centres-villes et protègent l'environnement", souligne Boris Johnson. Il estime que ce plan sera "l'un de nos premiers gestes" pour relancer l'économie et réduire les inégalités territoriales après la pandémie.

Ces initiatives doivent accompagner la transition énergétique du pays. Le pays prévoit de se doter de 4000 bus électriques ou à hydrogène, fabriqués au Royaume-Uni et va interdire la vente de bus diesel, même si la date n'est pas encore fixée.

Le gouvernement veut en finir enfin avec la privatisation complète des réseaux de bus hors de Londres depuis 1986, qui a conduit à une fragmentation du marché. Il veut encourager désormais les partenariats entre les opérateurs et les autorités locales, ou les contrats de franchise, afin de bénéficier de nouveaux financements. "Les services à travers l'Angleterre sont inégaux et ils ne sont franchement pas assez bons", a reconnu le ministre des Transports Grant Shapps.

Toutefois, le syndicat des transports RMT (Rail, Maritime and Transport) estime que la réforme "manque d'ambition" et plaide pour un retour dans le giron public des réseaux. "La seule manière de rendre les réseaux de bus abordables et efficaces est que le gouvernement garantisse un financement national pour les autorités locales afin de développer les services dont le public a besoin", selon Mick Cash, le secrétaire général de la RMT.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK