Le RN et la Ligue fondent "la première force souverainiste" au Parlement européen

Marine Le Pen (RN) et Marco Zanni, de la Ligue italienne, se serrent la main lors d'une conférence de presse au Parlement à Bruxelles, le 13 juin 2019
2 images
Marine Le Pen (RN) et Marco Zanni, de la Ligue italienne, se serrent la main lors d'une conférence de presse au Parlement à Bruxelles, le 13 juin 2019 - © Aris Oikonomou

Le nouveau groupe parlementaire emmené par les Italiens de la Ligue et les Français du Rassemblement national, baptisé "Identité et démocratie", sera avec 73 députés "la première force souverainiste" au Parlement européen, se sont réjouis jeudi ses responsables.

"Ce groupe est d'ores et déjà la première force souverainiste du Parlement européen", a lancé la cheffe de l'extrême droite française Marine Le Pen lors d'une conférence de presse organisée au Parlement à Bruxelles.

Mme Le Pen, ancienne eurodéputée désormais élue en France, a pris la parole aux côtés de Marco Zanni. Ce membre de la Ligue prend la tête du groupe politique, reflet de la force de la délégation italienne en son sein avec 28 députés, tandis que le Rassemblement national en compte 22.

S'il n'est pas le "super groupe" que Marine Le Pen avait appelé de ses voeux pendant la campagne, le groupe d'extrême droite double ses effectifs par rapport à son prédécesseur, l'Europe des nations et des libertés (ENL), qui comptait 36 membres dans le Parlement sortant.

C'en est fini du splendide isolement qui frappait ceux qui dans ce Parlement défendent les nations et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes

Identité et Démocratie, ou ID, devient pour l'instant la cinquième force au Parlement européen, derrière le PPE (droite, 179 eurodéputés), les sociaux démocrates (153), Renew Europe (nouveau nom du parti centriste où siègent les partisans du président français Emmanuel Macron, 106) et les Verts-ALE (75).

Il deviendrait même, selon les décomptes d'ID, le quatrième groupe une fois que le Brexit aura eu lieu.

Au-delà des "logiques comptables de groupe", Marine Le Pen a fait valoir que des "alliances" et "convergences" avec d'autres au sein du Parlement européen permettraient l'émergence "d'un bloc souverainiste d'à peu près 200 voix qui aura une influence majeure sur les futurs équilibres".

"C'en est fini du splendide isolement qui frappait ceux qui dans ce Parlement défendent les nations et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes", a prévenu Mme Le Pen.

 

9 pays représentés

Au total neuf pays sont représentés: les 11 Allemands de l'AfD (dont les représentants siégeaient dans le Parlement sortant au sein du groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe, EFDD), les 3 Autrichiens du FPÖ, ainsi que des élus venus du Vlaams Belang belge, de République tchèque, du Danemark, de Finlande et d'Estonie.

Le groupe n'a en revanche pas réussi à convaincre les Polonais du PiS ou le Parti du Brexit de Nigel Farage, grand vainqueur des européennes dans son pays (29 élus).

ID s'est construit principalement autour de trois grands thèmes: la sécurité, la migration et l'économie, a expliqué Marco Zanni.

"Nous sommes très imprégnés de l'idée que nous sommes des nations différentes, sur des sujets nous pouvons avoir des sensibilités différentes", a déclaré Marine Le Pen, interrogée sur des divergences au sein du groupe sur des sujets comme l'orthodoxie budgétaire ou vis à vis de la Russie.

"Mais sur les grands sujets qui intéressent les peuples en Europe aujourd'hui, nous avons une vision commune", a-t-elle assuré.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK