Mardi, retour des sanctions économiques américaines envers l'Iran

Depuis plusieurs mois, on assiste à une chute vertigineuse de la valeur de la monnaie iranienne.
Depuis plusieurs mois, on assiste à une chute vertigineuse de la valeur de la monnaie iranienne. - © ATTA KENARE - AFP

Après le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire, conclu en juillet 2015 entre l'Iran et les grandes puissances, Washington va réimposer à partir de ce mardi, des sanctions dures qui visent à asphyxier économiquement l'Iran.

Elles seront complétées par d'autres sanctions qui visent à empêcher toutes les exportations pétrolières de l'Iran. Avant même leur arrivée, les sanctions américaines ont fortement touché l'économie iranienne.

Une inflation galopante

Depuis plusieurs mois, on assiste à une chute vertigineuse de la valeur de la monnaie iranienne. En mars dernier, un dollar américain valait 50.000 rials, aujourd'hui, il vaut au moins le double. La chute du rial affecte bien évidemment les prix de tous les produits, notamment de consommation courante qui ont fortement augmenté ces derniers mois. Ce qui affecte très fortement la vie de tous les jours des Iraniens et provoque un grand mécontentement social et politique.

Le prix d'une bouteille d'eau a doublé par exemple en moins de trois mois. Cette situation paralyse en partie l'économie, car certains commerçants veulent profiter de la situation pour vendre encore plus cher leurs produits. Le gouvernement a tenté d'imposer un taux fixe pour le taux de change, mais très vite il a été dépassé.

Des entreprises quittent les pays

Surtout, de nombreuses entreprises européennes comme le pétrolier français Total ou le constructeur automobile Peugeot ont décidé de quitter l'Iran par peur des sanctions américaines qui les visent aussi. Boeing a décidé de renoncer à son contrat de vente d'une centaine d'avions à l'Iran. La compagnie Airbus devrait le faire aussi. Dans ce contexte, seule la compagnie franco-italienne ATR a décidé de fournir ce  dimanche à la veille des nouvelles sanctions américaines cinq avions à l'Iran, mais ils devraient être les derniers.

Et ces sanctions entreront en vigueur à minuit, heure de Washington

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK