Le régime syrien dénonce les frappes occidentales

Une photo publiée sur le compte Twitter du Central military media du gouvernement syrien montre une explosion dans les environs de Damas après des frappes occidentales annoncées par Washington contre des cibles en Syrie, le 14 avril 2018
Une photo publiée sur le compte Twitter du Central military media du gouvernement syrien montre une explosion dans les environs de Damas après des frappes occidentales annoncées par Washington contre des cibles en Syrie, le 14 avril 2018 - © Handout / STR

Le régime syrien a dénoncé samedi comme une "violation flagrante" du droit international l'opération militaire menée par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne contre plusieurs cibles en Syrie, après une attaque chimique présumée imputée aux forces du président Bachar al-Assad.

De fortes explosions ont été entendues avant l'aube à Damas, centre du pouvoir de M. Assad, survolée par des avions, a constaté une correspondante de l'AFP, une ONG faisant état de frappes occidentales contre des bases et des centres de recherche scientifique près de la capitale syrienne, ainsi que contre un centre de recherches militaires près de la ville de Homs (centre).

Un "centre de recherches" dans le quartier de Barzé, (nord-est de Damas) a  été visé.

Des témoins ont rapporté à l'AFP que des colonnes de fumée s'élevaient du nord-est de Damas. 

"La défense anti-aérienne syrienne" est entrée en action contre "l'agression américaine, britannique et française", a rapporté la télévision d'Etat.

Elle a également rapporté des "informations" selon lesquelles un "centre de recherches" dans le quartier de Barzé, dans le nord-est de Damas, avait été visé.

"L'agression tripartite contre la Syrie est une violation flagrante du droit international (...) et elle sera vouée à l'échec", a rapporté l'agence officielle Sana.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, "des frappes occidentales ont visé des centres de recherche scientifique, plusieurs bases militaires et des locaux de la garde républicaine dans la région de Damas". Selon une correspondante de la chaîne France 24, sur place, des nombreux missiles d'interception ont été tirés par les forces syriennes, mais pas par les forces russes.

"Un centre de recherches militaires et des entrepôts" situés près de la ville de Homs ont fait notamment partie des cibles, a précisé l'ONG, 

Premières victimes déclarées

La télévision d'Etat a affirmé que des missiles avaient été "interceptés" à Homs faisant 3 victimes en retombant au sol.

Au moins six soldats syriens ont été blessés  a indiqué une source militaire syrienne à DPA, l'agence de presse allemande.

Par ailleurs, des dizaines de résidents de Damas sont descendus dans les rues après ces frappes, afin de montrer leur soutien au gouvernement du président Bachar al-Assad, selon des images de la télévision d'Etat syrienne.

 

"L'agression tripartite contre la Syrie est une violation flagrante du droit international (...) et elle sera vouée à l'échec", a rapporté l'agence officielle Sana.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un vaste réseau de sources dans le pays en guerre, "des frappes occidentales ont visé des centres de recherche scientifique, plusieurs bases militaires et des locaux de la garde républicaine dans la région de Damas".

"Un centre de recherches militaires et des entrepôts" situés près de la ville de Homs ont fait notamment partie des cibles, a précisé l'ONG, sans faire état de victimes civiles dans les frappes.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK