Le régime syrien "a le droit" de reprendre le contrôle de toute la Syrie, affirme Poutine

Le gouvernement syrien "a le droit" de reprendre le contrôle de la totalité du territoire national, a affirmé vendredi le président russe Vladimir Poutine alors qu'une offensive du régime semble imminente à Idleb, dernière poche rebelle en Syrie.

"Le gouvernement syrien a le droit de prendre sous son contrôle la totalité de son territoire national, et doit le faire", a déclaré M. Poutine, lors d'un sommet à Téhéran consacré à la situation en Syrie avec ses homologues iranien et turc.

M. Poutine a accusé les "éléments terroristes à Idleb de "continuer les provocations, les raids à l'aide de drones, les bombardements".

"Nous ne pouvons pas l'ignorer (...) Nous devons régler ensemble ce problème", a-t-il ajouté.

Le sommet à Téhéran entre les dirigeants russe, turc et iranien pourrait sceller le sort d'Idleb, ultime bastion rebelle et djihadiste en Syrie.

L'intervention militaire russe de 2015 en soutien au régime a totalement changé la donne dans la guerre en Syrie, en remettant en selle le président Bachar Al-Assad qui était alors en difficultés face aux rebelles.

Erdogan veut un cessez-le-feu à Idleb

De son côté, le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé, vendredi, lors d'un sommet sur la Syrie à Téhéran, à mettre en place un cessez-le-feu pour éviter un "bain de sang" dans la province d'Idleb en cas d'offensive du régime syrien.

"Si nous arrivons à émettre une déclaration de cessez-le-feu ici, alors ce serait l'un des résultats les plus importants de ce sommet et cela apaiserait grandement les populations civiles", a déclaré M. Erdogan devant ses homologues iranien, Hassan Rohani, et russe, Vladimir Poutine, dont les pays soutiennent le régime syrien.

Une offensive sur Idleb, ultime bastion rebelle dans le nord-ouest de la Syrie, "résulterait en une catastrophe, un massacre et un drame humanitaire", a déclaré M. Erdogan. "Nous ne voulons absolument pas qu'Idleb se transforme en bain de sang", a ajouté le chef de l'Etat turc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK