Le rapport d'Amnesty International sur l'érosion des libertés à Hong Kong qui explique les manifestations

À Hong Kong, les manifestations se poursuivent tous les jours. Les manifestants pro-démocratie réclament la fin de la mainmise de Pékin sur le territoire autonome.

Amnesty International publie ce mardi matin un rapport sur l’érosion des libertés à Hong Kong. L’organisation a analysé la situation et le constat est clair : les autorités chinoises ont une influence croissante.

Cette limitation progressive de la liberté à Hong Kong ne date pas de ces derniers mois de mobilisation. Elle remonte à 2014 et au mouvement des parapluies. Depuis lors, les autorités de Hong Kong, sous l’impulsion de Pékin, mènent des politiques de plus en plus répressives. Le président Xi Jinping a fixé une "ligne rouge" pour Hong Kong. Depuis, la liberté d’expression se réduit. La police utilise des méthodes de plus en plus brutales pour le maintien de l’ordre.

Le soulèvement qui a débuté il y a quatre mois est donc la conséquence, et non la cause, du durcissement des autorités. Ce constat est basé sur des entretiens avec des militants, des journalistes, des étudiants, des ONG et des responsables politiques.

Amnesty appelle les autorités de Hong Kong à mettre fin à la répression, sous prétexte de protéger la sûreté nationale, contre ceux qui exercent leurs droits à la liberté d’expression. L’organisation demande aussi des enquêtes approfondies sur les violences commises par les forces de police contre les manifestants.

Sujet du JT 25 août sur la situation à Hong-Kong :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK