Le Qatar, propriétaire des gratte-ciels d'un quartier huppé de Milan

Le Qatar, propriétaire des gratte-ciels d'un quartier huppé de Milan
Le Qatar, propriétaire des gratte-ciels d'un quartier huppé de Milan - © FILIPPO MONTEFORTE - BELGAIMAGE

Le Qatar est devenu l'unique propriétaire des prestigieux gratte-ciels du quartier "Porta Nuova" à Milan, une transaction présentée comme une bonne nouvelle pour l'attractivité de l'Italie et qui illustre la soif d'investissements en Europe du richissime émirat.

Signée cette semaine dans le plus grand secret puisque même la municipalité n'en avait pas été informée, cette transaction voit passer de 40 à 100% la part du fonds souverain du Qatar, le Qatar Investment Authority (QIA), dans ce vaste projet situé à peine à un kilomètre du Duomo, coeur de Milan.

Son prix n'a pas été révélé mais "il s'agit d'un chiffre important", qui en fait "une des plus grandes transactions à l'échelle européenne", a déclaré vendredi lors d'un point presse Manfredi Catella, directeur général de Hines Italia, société italienne de développement immobilier représentant le consortium des investisseurs initiaux.

Les parts rachetées par le Qatar étaient auparavant détenues par Hines même, l'assureur italien UnipolSai et plusieurs fonds d'investissement. A terme, le capital de Porta Nuova pourra être ouvert de manière minoritaire à d'autres fonds souverains, selon M. Catella.

La valeur de marché du quartier Porta Nuova, qui comprend 25 bâtiments ultra-modernes, dépasse les 2 milliards d'euros.

Le Qatar, qui détient aussi le magasin Harrods à Londres et de nombreux actifs en France, comme le club de football Paris-Saint-Germain (PSG) et une série de participations dans des grandes entreprises, avait fait son entrée dans le projet en 2013 avec une part de 40%.

Le chantier de Porta Nuova a été lancé dans les années 2000 sur un gigantesque terrain de 290 000 mètres carrés autrefois dédié à des activités ferroviaires.

Très bien placé et riche en infrastructures, dont une gare desservant Paris directement, des zones piétonnes et des pistes cyclables, le quartier s'est rapidement "gentrifié" et les prix de l'immobilier y ont grimpé en dépit des tendances récessionnistes à l'oeuvre en Italie.

Son coeur est aujourd'hui la place Gae Aulenti. C'est là que la banque UniCredit, l'un des principaux établissements du pays, a établi fin 2012 son quartier général dans un gratte-ciel de forme étrangement arquée. Signé par l'architecte César Pelli et classé parmi les plus hauts d'Italie, il voit passer chaque jour quelque 4000 salariés.

Ses abords accueillent d'autres entreprises, dont les bureaux de Google, ainsi qu'une série de boutiques chic, des cafés ultrabranchés prisés par les fashionistas de Milan, un restaurant étoilé et, à terme, un grand parc.

Le complexe comprend également une partie résidentielle de 380 unités d'habitation, dont le double gratte-ciel "Bosco Verticale" (forêt verticale), conçu par le studio Boeri et distingué par le prix d'architecture International Highrise Award en 2014. Inauguré l'année dernière et encore partiellement inoccupé, le bâtiment se distingue par ses vastes terrasses débordant d'arbustes et de buissons, qu'arrose un système d'irrigation centralisé.

Selon M. Catella, la transaction avec le Qatar représente un "signe extrêmement positif pour l'Italie en termes d'attractivité". Selon lui, les Qatariotes, restés invisibles lors de la conférence de presse, ont apprécié la "substance industrielle" et la qualité du projet.

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, qui invite régulièrement les investisseurs étrangers à s'intéresser davantage à l'Italie, n'a cependant pas réagi à l'annonce de la transaction dans l'immédiat.

Si le gros des travaux est à présent achevé à Porta Nuova, le parc promis au pied des tours ne s'est pas encore matérialisé.

Soucieux de ne pas heurter l'oeil des millions de visiteurs attendus à Milan dans le cadre de l'Exposition universelle du 1er mai au 31 octobre, deux fondations dont celle de la famille Catella ont invité l'artiste américaine Agnes Denes à transformer 5 hectares de terrain nu en champ de blé pour la durée de l'événement.

Les Milanais, jeunes et vieux, sont conviés à chausser leurs bottes samedi pour venir semer à tout vent.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK