Le prix Nobel alternatif de littérature remis à l'écrivaine antillaise Maryse Condé

Le prix de la nouvelle Académie n’est pas le prix Nobel, mais sa récipiendaire, comme les lauréats Nobel, devra se rendre en décembre à Stockholm pour le recevoir.
Le prix de la nouvelle Académie n’est pas le prix Nobel, mais sa récipiendaire, comme les lauréats Nobel, devra se rendre en décembre à Stockholm pour le recevoir. - © JANERIK HENRIKSSON - AFP

L’annonce a été faite ce vendredi à Stockholm. Maryse Condé, écrivaine française d’origine guadeloupéenne, auteure d’une vingtaine de romans dont une bonne part consacrée à l’Afrique et aux Caraïbes, est la lauréate du premier prix littéraire de la Nouvelle Académie.

Un honneur qui a une histoire… un peu particulière. Comme le prix Nobel de littérature n’a pas pu être décerné cette année, pour cause de scandale sexuel autour de l’ancestrale Académie suédoise, un petit groupe d’intellectuels et de journalistes a décidé de créer son propre prix.

Se positionner aux antipodes de la vieille académie suédoise

"Quand le prix Nobel a été annulé on s’est dit qu’il était temps de faire quelque chose de nouveau, quelque chose de plus inclusif, de plus démocratique, explique l'écrivaine gréco-suédoise Alexandra Pascalidou, à l'origine de l'idée. Nous avons invité à participer des centaines de libraires suédois. Et ensuite nous avons invité le monde, car ceci est un prix international." Selon elle, il s’agit d’abord de se positionner aux antipodes de la vieille académie suédoise, minée par les privilèges et les conflits d’intérêt. Près de 33.000 lecteurs ont voté, explique l'auteure.

Le prix de la nouvelle Académie n’est pas le prix Nobel, mais sa récipiendaire, comme les lauréats Nobel, devra se rendre en décembre à Stockholm pour le recevoir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK