Le prix de la bière anglaise ne fait qu'augmenter, et menace l'avenir des pubs

Le prix de la bière anglaise ne fait qu'augmenter, et menace l'avenir des pubs
Le prix de la bière anglaise ne fait qu'augmenter, et menace l'avenir des pubs - © Tous droits réservés

Les Britanniques se plaignent du prix exorbitant de la bière chez eux. Alors que les taxes auxquelles est soumis le breuvage dans les pubs ne font qu’augmenter, les consommateurs pourraient en venir à se fournir directement dans les supermarchés pour boire chez eux et faire ainsi des économies...

Cela paraît incroyable dans l’autre pays de la bière, mais le risque de voir disparaître les fameux pubs existe. En effet, plus de la moitié des Britanniques considèrent que la bière est inaccessible dans les pubs. À Londres, les prix avoisinent les cinq à six livres, soit près de sept euros ou plus cher, et encore la monnaie anglaise est au plus bas en ce moment.

Selon Campaign for Real Ale, une association de consommateurs qui défend le droit des buveurs et des pubs, le tiers de ces tarifs sont dus à des taxes. Face à ces prix exorbitants, les clients se détournent des pubs et tendent à privilégier d’autres façons de consommer, comme le fait de se réunir chez les uns ou chez les autres, entraînant petit à petit la fermeture des établissements. C’est en tout cas l’analyse faite par cette association. 80% des consommateurs ont d’ailleurs indiqué avoir vu au moins un pub local fermer en l’espace de cinq ans et un sur cinq disent en avoir vu disparaître au moins cinq.

Or, la situation ne risque pas de s’améliorer. Selon la CAMRA, l’acronyme pour Campaign for Real Ale, le gouvernement envisage d’augmenter ces taxes payées par les pubs dans le budget de novembre, augmentant d’autant plus la pression subie par les consommateurs, tout comme les établissements. Selon le directeur national de la CAMRA, c’est toute une culture qui est menacée. Rien, selon lui, ne peut remplacer le bénéfice social et communautaire créé par les pubs nationaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK