Le prince Charles fait bondir la fréquentation et les nuisances d'un petit village roumain

Tombé amoureux des paysages de Transylvanie, l’héritier de la couronne anglaise a décidé d’y acquérir une résidence secondaire. C’est dans le petit village de Viscri que le prince Charles a décidé d’investir en 2006.

Ce hameau de quelque 450 habitants et vieux de 800 ans a certainement su charmer le prince comme il a charmé l’UNESCO. Il fait en effet partie de la Liste du Patrimoine mondial qui regroupe quelque 1121 biens. Le Prince milite d’ailleurs pour la préservation des lieux au travers d’une fondation qu’il a fondée sur place.

Un trafic incessant

Mais s’il voulait y passer ses vacances en toute quiétude, c’est raté. Depuis quelques années, le village accueille en effet de plus en plus de touristes qui veulent voir la maison royale.

La notoriété du village est en perpétuelle augmentation et, comme l’indique la BBC, cela commence à déplaire aux habitants. La circulation devient en effet incessante sur des routes en gravier qui n’ont pas été conçues pour accueillir un tel trafic.

"Toute la poussière de la route arrive chez nous" détaille Irina Lascu, une habitante de Viscri. "C’est terriblement embêtant, on ne peut même plus ouvrir nos fenêtres". Et son mari d’ajouter "tout le monde vient ici uniquement pour le prince Charles".

Pour preuve que le tourisme explose dans le village, l’Église luthérienne datant du 12e siècle a été visitée 15 fois plus en 2019 que 14 ans plus tôt, soit 45.000 entrées l’année dernière contre 5000 en 2005.

Si l’on peut légitimement croire que le tourisme allait baiser en 2020 suite à la crise du coronavirus, ça n’a pas vraiment été le cas. Le tourisme domestique s’est en effet développé, ce qui a amené encore plus de véhicules dans le village.

Le prix de l’immobilier explose

Il faut croire que vivre à côté du prince Charles est un rêve pour de nombreuses personnes. La demande est en effet tellement forte que le prix des logements a été quadruplé en l’espace de 10 ans. Une maison qui coûtait 20.000 euros en 2010 se vend désormais 80.000 euros.

Les habitants du village s’inquiètent désormais pour leurs enfants qui seront plus que probablement amenés à chercher un logement ailleurs dans les années à venir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK