Le président Medvedev limoge l'inamovible maire de Moscou

RTBF
RTBF - © RTBF

Le président Dmitri Medvedev a limogé mardi sans ménagement l'inamovible maire de Moscou Iouri Loujkov qui avait cru pouvoir s'opposer au Kremlin, une mesure qui lui permet de montrer ses muscles avant l'élection présidentielle de 2012, selon les analystes.

Dmitri Medvedev a fait preuve d'une rugosité inhabituelle dans l'annonce de ce limogeage en soulignant que le maire de Moscou, en poste depuis 1992, était démis de ses fonctions "parce qu'il avait perdu la confiance du président".

Souvent considéré comme moins puissant que son mentor et Premier ministre Vladimir Poutine, le président a ainsi mis fin au conflit qui l'opposait depuis plusieurs mois au maire de Moscou.

"La situation était conflictuelle. Loujkov aurait pu présenter sa démission. Il n'a pas laissé d'autre choix au président", a estimé le vice-président de la Douma (chambre basse du Parlement russe) Oleg Morozov.

Le président, actuellement en visite en Chine, n'envisage pas de rencontrer l'ex-maire "dans un avenir proche", a déclaré la porte-parole du Kremlin, Natalia Timakova, confirmant la brutalité de la rupture.

La situation devenait embarrassante pour le président Medvedev: Iouri Loujkov critiquait le Kremlin de manière de moins en moins voilée et laissait entendre qu'il bénéficiait du soutien tacite de Vladimir Poutine.

Une décision de Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine ?

Aucun élément concret n'a permis d'étayer l'idée que Vladimir Poutine soutenait le maire de Moscou contre le Kremlin. Mais l'absence jusqu'à ce jour de réaction officielle du Kremlin face aux attaques de Loujkov avait suscité de nombreuses interrogations sur la réalité du pouvoir du président Medvedev dans le tandem qu'il forme avec Vladimir Poutine à la tête de la Russie.

La décision de limoger Iouri Loujkov a-t-elle été concertée avec Vladimir Poutine ? "Ce limogeage a été décidé à deux. Prendre cette décision tout seul serait enfreindre les règles du jeu. Le fait que Russie unie, le parti de Poutine, a déjà annoncé être à la recherche d'un candidat (pour la mairie de Moscou) est une confirmation que la décision a été prise en accord avec Poutine", selon le politologue Alekseï Makarkine.

Plusieurs heures après l'annonce du limogeage du maire de Moscou, Vladimir Poutine n'avait pas publiquement réagi.

"Avant les prochaines élections, législatives et présidentielle, le Kremlin souhaite se débarrasser des responsables qui ont été élus et bénéficient d'un soutien populaire. C'est ce qui s'est produit avec Loujkov, qui s'était en plus permis de prôner le retour à l'élection des gouverneurs (aujourd'hui nommés par le Kremlin)", estime la politologue Maria Lipman, du centre Carnegie à Moscou, interrogée par l'AFP.

Alors que plusieurs télévisions contrôlées par le Kremlin ont lancé ces dernières semaines une campagne sans précédent contre Loujkov, accusé notamment de couvrir un système de corruption généralisée, "le président Medvedev a peut-être voulu marquer des points en s'en prenant à Loujkov", estime Sergueï Markov, de l'Institut d'études politiques, proche du Kremlin.

Certains experts s'interrogent désormais sur la suite de ce règlement de compte politique et l'éventualité de voir le tout puissant ex-maire de Moscou répondre devant la justice des accusations de corruption lancées contre lui.

"On peut s'attendre à ce que Loujkov soit poursuivi en justice s'il décide de continuer la lutte en faisant appel devant un tribunal, en organisant des mouvements de protestation ou en organisant un mouvement politique", affirme un expert de l'Institut d'expertise politique de Moscou, Evgueni Mintchenko.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK