Le Premier ministre israélien à nouveau entendu dans des affaires de corruption

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a été interrogé vendredi pour la septième fois par des policiers chargés d'enquêter sur des affaires de corruption présumée, selon des sources policières.

"Le Premier ministre a été interrogé pendant plusieurs heures dans le cadre de plusieurs enquêtes en cours", sur des soupçons de corruption, a-t-on ajouté de mêmes sources.

Dans l'une des enquêtes, M. Netanyahu est soupçonné d'avoir reçu, illégalement, des cadeaux de personnalités très riches, dont le milliardaire australien James Packer et un producteur à Hollywood, Arnon Milchan. La valeur totale de ces cadeaux a été évaluée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.

James Packer, patron du géant des casinos Crown, a été entendu au début du mois en Australie par la police.

Une autre enquête cherche à déterminer si M. Netanyahu aurait essayé de conclure un accord secret avec le propriétaire du Yediot Aharonot pour une couverture favorable de la part du quotidien israélien.

La première enquête est proche de sa conclusion et cela pourrait être la dernière fois que M. Netanyahu est entendu dans cette affaire, selon les médias.

Soupçonné à plusieurs reprises sans jamais être inculpé

Le Premier ministre s'est constamment défendu de tout méfait et se dit victime d'une campagne pour le chasser du pouvoir.

Le Premier ministre israélien n'est pas formellement mis en cause à ce stade. Selon la ministre de la Justice Ayelet Shaked, il ne serait pas tenu de démissionner s'il était inculpé.

M. Netanyahu, 68 ans, à la tête du gouvernement depuis 2009 après un premier mandat entre 1996 et 1999, a été soupçonné à plusieurs reprises par le passé, sans être inquiété.

En outre, le procureur général a informé en septembre l'épouse du Premier ministre, Sara Netanyahu, qu'elle risquait d'être jugée pour avoir fait passer des dizaines de milliers de dollars de repas aux frais du contribuable.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK