Le Portugal dépassé par la pandémie de coronavirus, le gouvernement critiqué

L'épidémie de Covid-19 a atteint de nouveaux records mardi au Portugal et le Premier ministre Antonio Costa a essuyé les critiques de l'opposition après avoir été contraint de durcir les restrictions d'un confinement tout juste entré en vigueur.

Dépassant le seuil des 200 morts en 24 heures pour la première fois depuis le début de la pandémie, l'autorité sanitaire de ce pays de 10 millions d'habitants a recensé mardi 218 décès supplémentaires, portant le bilan total à 9246 morts. Et avec près de 70.000 nouveaux cas au cours de la semaine dernière, le Portugal est devenu le pays au monde affichant le plus de contagions par rapport à sa population, dépassé seulement par l'enclave britannique de Gibraltar, selon les données collectées par l'AFP auprès des autorités nationales.

Après avoir longtemps préconisé des mesures ciblées sur les régions les plus touchées par l'épidémie, l'exécutif a dû se résoudre à imposer vendredi un deuxième confinement général. Les commerces non essentiels ont fermé leurs portes mais, à la différence du confinement du printemps dernier, les écoles et les universités ont continué de fonctionner, de même que les tribunaux, les églises ou encore les fleuristes.

Constatant que les nouvelles restrictions n'étaient pas suffisamment suivies, le Premier ministre a été contraint, dès lundi, de les préciser ou de les durcir légèrement.

Dimanche, la ministre de la Santé, Marta Temido, avait déjà appelé les Portugais à respecter les consignes afin de réduire la pression sur des hôpitaux qui se trouvent au bord de la rupture. "Nous mettons en oeuvre tous les moyens disponibles dans le pays, mais il y a une limite et nous sommes très proches de cette limite", a-t-elle fait valoir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK