Le Portugal dans la crainte d'une nouvelle hécatombe climatique  

Samedi, à Lisbonne, le mercure affichait 44 degrés. Du jamais vu dans la capitale portugaise depuis 1981.
Samedi, à Lisbonne, le mercure affichait 44 degrés. Du jamais vu dans la capitale portugaise depuis 1981. - © CARLOS COSTA - AFP

La Belgique et la France ne sont pas les seuls pays à faire face aux hausses de température. Il fait particulièrement chaud dans la péninsule ibérique.

Ainsi, le Portugal flirte avec les 50 °C. Le pays a connu des températures particulièrement élevées ce week-end, à tel point que des milliers de pompiers sont mobilisés sur le front des incendies.

Jusqu’à 47°

Samedi, à Lisbonne, le mercure affichait 44 degrés. Du jamais vu dans la capitale portugaise depuis 1981. À une centaine de kilomètres de là, dans le village d’Alvega, dans le centre du pays, la température est montée jusqu’à 47 degrés. À Lisbonne, tout au long du week-end, les habitants et les touristes ont choisi comme refuge la plage et l’air plus frais en bord de mer. Mais au Portugal, la chaleur est automatiquement associée aux incendies.

Le souvenir de 2017

Personne ici n’a oublié le drame de juin 2017: 66 morts en une seule journée. Depuis, le gouvernement a promis de tout faire pour s’attaquer à la prévention, mais aussi au combat contre les feux de forêt, et pour l’instant, le bilan de l’année 2018 est beaucoup moins meurtrier, même si hier soir quelques inquiétudes subsistaient concernant un incendie qui s’est déclaré dans la région de l’Algarve. La bonne nouvelle, c’est que normalement à partir de demain, les températures devraient fortement baisser.

La canicule a déjà fait trois morts en Espagne et continue de sévir en Andalousie notamment. L’agence de météorologie relève des pics à 42 degrés et un feu de forêt qui menaçait le célèbre parc naturel du Détroit a finalement été contrôlé.

Feux de forêts dans les alentours de Monchique, en Algarve, ce 05 août

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK