Le Polonais Jerzy Buzek prend la tête du Parlement européen

RTBF
RTBF - © RTBF

Les regards se tournent aujourd'hui vers Strasbourg avec l'installation du nouveau Parlement européen. C'est là que s'exerce le pouvoir des citoyens de l'Union européenne. Les 736 eurodéputés, élus lors des élections des 4 au 7 juin dernier, font leur rentrée.

Pendant leur mandat de cinq ans, les eurodéputés vont plancher sur plusieurs dossiers prioritaires, dont notamment la crise économique, l'agriculture ou le changement climatique.

La séance inaugurale d'aujourd'hui doit se concentrer sur l'élection du nouveau président du Parlement européen. Cette élection ne fait l'objet d'aucun suspense. Un accord technique a été annoncé, la semaine dernière, entre le Parti Populaire Européen et l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates, pour la répartition du poste.

Un Polonais à la tête du Parlement européen

C'est l'ancien Premier ministre polonais Jerzy Buzek du PPE qui va s'installer au perchoir pour deux ans et demi. Le Parlement européen aura pour la première fois à sa tête un élu des ex-pays de l'Est, cinq ans après l'élargissement.

Ancien membre du syndicat Solidarnosc, en charge du gouvernement polonais entre 1999 et 2001, il fait partie de ceux  qui ont eu la charge de préparer l'entrée de son pays dans l'Otan d'abord, au sein de l'Union Européenne ensuite.

Jerzy Buzek sera ensuite remplacé par un socialiste jusqu'à la fin des cinq années de législature. C'est l'Allemand Martin Schulz qui part en pole position.

Bilan et perspectives au menu

La journée se poursuivra avec la désignation des 14 vice-présidents du Parlement. Là encore, les négociations menées entre les différents groupes depuis les élections du 7 juin ont largement mâché le travail de l'Assemblée. Le groupe des Verts a droit à une vice-présidence: Isabelle Durant n'aura pas d'adversaires pour ce poste...

L'agenda de cette première session plénière sera largement dominé par le débat sur le bilan de la présidence tchèque et les perspectives de la présidence suédoise.

Le vote sur la reconduction de Jose Manuel Barroso ne fait pas partie du menu. Il a été repoussé à cet automne. Les dirigeants des groupes politiques vont néanmoins étudier le  programme de l'actuel président de la Commission Européenne.

(M.S. avec Nicolas Willems et André Zaleski)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK