Le plan irakien pour vaincre le groupe État islamique présenté à Paris

La coalition anti-djihadiste en réunion à Paris
La coalition anti-djihadiste en réunion à Paris - © ALAIN JOCARD - AFP

La coalition anti-djihadiste se réunissait mardi à Paris pour trouver des solutions dans la lutte contre le groupe terroriste État Islamique. Les 24 pays, emmenés par les États-Unis, ont apporté leur soutien au plan présenté par le gouvernement irakien. Voici en quoi consiste la proposition irakienne.

Le plan du Premier ministre irakien comporte deux volets.

D'abord le volet militaire : il faut absolument reconquérir la province occidentale d'Al-Anbar, dont la capitale Ramadi est tombée aux mains des djihadistes il y a 15 jours. Pour y arriver, le gouvernement irakien veut notamment accélérer le soutien aux combattants tribaux de cette province, dans leur lutte contre l'État islamique. 

Et puis il y a un volet politique, avec l'adoption de réformes, pour mieux intégrer la communauté sunnite marginalisée.

Le projet a reçu le soutien des pays et des organisations internationales réunies à Paris.

Raids insuffisants

Jusqu'ici, la coalition se contente d'effectuer des raids aériens et tente de former des combattants pour mener des actions au sol.

Mais ces raids sont insuffisants, c'est ce qu'a rappelé mardi à Paris le Premier ministre irakien. Haider Al-Abadi s'est lancé dans une charge contre la coalition, qualifiant sa stratégie d'échec. Malgré les 4000 raids effectués en dix mois, le groupe terroriste État islamique continue d'avancer en Irak, mais aussi en Syrie.

En Syrie, les djihadistes contrôlent désormais la moitié du territoire. La coalition a reconnu que la stabilisation de l'Irak dépendait en grande partie de la situation de son voisin syrien.

W.F. avec A. Gonçalvez

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK