Le passeport post-Brexit sera fabriqué par un groupe français

Le passeport bordeaux actuel et le futur passeport bleu post-Brexit, sans la mention Union européenne, le 22 décembre 2017
Le passeport bordeaux actuel et le futur passeport bleu post-Brexit, sans la mention Union européenne, le 22 décembre 2017 - © Handout

Le gouvernement britannique a confirmé mercredi que les futurs passeports britanniques post-Brexit seraient fabriqués par le groupe français Gemalto, spécialiste de la sécurité numérique, malgré les protestations de certains partisans de la sortie de l'UE.

La perspective du choix d'une entreprise étrangère avait suscité la colère de certains pro-Brexit, qui y ont vu "une humiliation nationale" et ont poussé le gouvernement à retarder la désignation finale du futur fabricant.

Anticipant les critiques, le gouvernement a indiqué mercredi que le contrat avait été attribué à Gemalto à l'issue d'une mise en concurrence "juste, ouverte et rigoureuse".

Ce contrat de 11 ans et demi, "d'une valeur d'environ 260 millions de livres (environ 300 millions d'euros, ndlr), permettra de réaliser d'importantes économies par rapport au contrat de 400 millions de livres (460 millions d'euros, ndlr) attribué en 2009", a souligné l'exécutif.

Les passeports britanniques post-Brexit, qui seront délivrés à partir du renouvellement du contrat, en octobre 2019, vont retrouver leur couleur bleue d'antan. Dans l'intervalle, entre la date du Brexit, prévu le 29 mars 2019, et le mois d'octobre, les couvertures bordeaux seront toujours utilisées, mais la mention "Union européenne" disparaitra.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK