Le Parlement européen vote la levée de l'immunité de Marine Le Pen

La présidente du Front national, députée européenne, est visée par une plainte du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) relative à ses propos du 10 décembre 2010 établissant un parallèle entre les prières des musulmans dans la rue en France et l'Occupation. Les eurodéputés ont accepté de lever son immunité, conformément à l'avis rendu par leur commission juridique.
 
Celle-ci avait en effet estimé que les propos litigieux, prononcés durant la campagne en vue de la désignation d'un nouveau président pour le Front national, n'avaient pas de lien "direct et évident" avec les activités parlementaires de Marine Le Pen. Et donc que cette dernière ne pouvait bénéficier de son immunité de parlementaire européenne pour être protégée dans ce dossier.
 
La présidente du parti nationaliste français avait d'ailleurs persisté sur la voie de la provocation ce lundi sur la chaîne de télévision LCI. Elle s'y est targuée "d'avoir osé dire ce que tous les Français pensent, c'est-à-dire que les prières de rue - dont je leur indique qu'elles continuent à se dérouler sur le territoire français - sont une occupation".
 
Ju. Vl. avec AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK