Le Parlement européen veut lancer des sanctions contre la Hongrie

Le Parlement européen veut que les Etats membres de l'UE lancent la procédure pour sanctionner la Hongrie pour ses violations persistantes des valeurs européennes. Une majorité des eurodéputés ont voté mercredi pour l'activation de l'article 7 du Traité de Lisbonne. La manière dont les réfugiés et les migrants sont traités en Hongrie, la loi sur l'enseignement qui menace l'existence de la prestigieuse université Soros, les violations des droits de l'homme, la rhétorique ouvertement anti-européenne du Premier ministre Viktor Orban... La situation en Hongrie est dans le collimateur des eurodéputés depuis un petit temps déjà. Ils ont approuvé mercredi un texte ouvrant la porte à des sanctions envers le pays d'Europe centrale. Pour le moment, il s'agit d'une résolution, mais l'appel à lancer la procédure prévue à l'article 7 du Traité ne doit pas être sous-estimé. Cette procédure peut résulter, pour la Hongrie, dans la perte temporaire du droit de vote lors des réunions des ministres européens.

Le texte approuvé mercredi était porté par les groupes libéral et de (centre) gauche du Parlement. Le président du Parti populaire européen (PPE, conservateur), Manfred Weber, qui compte en ses rangs le Fidesz de Viktor Orban, est lui aussi venu avec un texte qui ne faisait pas référence à l'article 7, mais cette démarche a suscité une opposition au sein même du PPE. Les membres belges du PPE ont notamment décidé de voter la résolution commune, au lieu de celle de leur président.

Au final, 393 députés ont voté pour le lancement de la procédure de sanctions, 221 contre et 64 se sont abstenus.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir