Le Parlement européen rejette la définition des perturbateurs endocriniens de la Commission

Le Parlement européen rejette la définition des perturbateurs endocriniens de la Commission
Le Parlement européen rejette la définition des perturbateurs endocriniens de la Commission - © Tous droits réservés

Le Parlement européen a rejeté mercredi à Strasbourg les plans de la Commission européenne concernant les perturbateurs endocriniens. Fin septembre, les eurodéputés de la commission de l'environnement avaient appelé le Parlement européen à s'opposer à la définition des perturbateurs endocriniens proposée par la Commission.

La majorité absolue dépassée

Une majorité de 389 eurodéputés se sont opposés à la proposition de la Commission qui établit les critères scientifiques permettant de déterminer ce qu'est un perturbateur endocrinien. Les opposants aux plans de la Commission ont atteint la majorité absolue de 376 voix nécessaire pour faire barrage à la proposition. Ils estiment que la Commission a excédé ses pouvoirs en prévoyant des dérogations aux critères, ont-ils fait valoir.

Une définition décriée

La Commission avait présenté l'an dernier une série de critères scientifiques qui doivent déterminer ce qu'est un perturbateur endocrinien. Une définition décrite comme laxiste par certains, reflet brut de la pression du monde agro-alimentaire, car ces critères auraient permis à certaines substances décriées d'échapper à l'interdiction de commercialisation.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances qui peuvent perturber le système hormonal des humains et des animaux et sont pointés du doigt par des scientifiques dans des cas d'obésité, d'infertilité et de problèmes de croissance. Les experts des Etats membres s'étaient rangés derrière la proposition de la Commission en juillet.

Les critères sont destinés en premier lieu à s'attaquer à la présence de perturbateurs endocriniens dans les pesticides, mais la Commission voudrait aussi les utiliser pour une approche plus large. Ces substances se retrouvent en effet dans des jouets, des cosmétiques et des emballages alimentaires. La Commission va donc cependant devoir revoir sa copie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 13h
en direct

La Une

JT 13h