Le Parana, deuxième plus grand fleuve d'Amérique du Sud et hotspot de biodiversité, dépérit

Deuxième plus grand fleuve d'Amérique du Sud après l'Amazone, le Parana connaît son pire étiage depuis plus d'un demi-siècle, entraînant des répercussions sur la reproduction des poissons, les transports maritimes et la production d'électricité.

Ses eaux autrefois puissantes s'écoulent sur 4800 km mais le Parana dépérit depuis 2019. Il a atteint cette année des niveaux alarmants jamais observés depuis la Seconde guerre mondiale.

Le lit principal du fleuve a encore du débit, mais "seuls 10 à 20% des canaux secondaires ont de l'eau, le reste est à sec", alarme auprès de l'AFP le géologue Carlos Ramonell, professeur à l'Université nationale du Littoral, en Argentine.

Les experts doutent même que le fleuve retrouve son exubérance passée, même lors de la saison des pluies attendue en décembre.

Sont lit désespérément bas a affecté la marine marchande, la production d'électricité, la pêche, l'industrie touristique, l'approvisionnement en eau pour la consommation et l'irrigation, et a modifié les reliefs, peut-être de manière permanente.

"Les barrages brésiliens, la déforestation, le changement climatique ont été pointés comme probables causes" de ces basses eaux "mais d'un point de vue scientifique, nous ne sommes pas en mesure de l'affirmer. Il est évident qu'il s'agit d'un déficit pluviométrique mais causé par quoi ?" s'interroge le géologue.

"Nous ne pouvons pas exclure que les basses eaux ne soient qu'une variabilité naturelle", avance prudemment M. Ramonell, qui cite des cycles similaires relevés il y a un siècle, lorsqu'il n'y avait pas de barrages, de déforestation ou de réchauffement climatique.

Perturbations commerciales

Le Parana prend sa source au Brésil, a des affluents au Paraguay et se jette dans l'Atlantique en Argentine, où ses sédiments alimentent les plaines agricoles qu'il baigne avant son embouchure dans le Rio de la Plata.

"Le Parana est la zone humide la plus grande, la plus riche en biodiversité et la plus socio-productive d'Argentine", souligne M. Ramonell.

Aujourd'hui, son tronçon navigable vital pour les exportations de la Bolivie et du Paraguay, pays enclavés, ne l'est "plus depuis avril et les marchandises sont transportées par voie terrestre jusqu'au fleuve Paraguay, ce qui a quadruplé le coût", explique à l'AFP Juan Carlos Muñoz, directeur de l'association des propriétaires de bateaux fluviaux paraguayens.

Quelque 4000 barges, 350 remorqueurs et 100 porte-conteneurs attendent que le niveau d'eau remonte.

En mai dernier, l'ouverture exceptionnelle de réservoirs au Brésil a libéré des centaines de barges paraguayennes bloquées en aval. Mais le niveau est tellement bas qu'un renouvellement de l'opération est inutile.

Le débit moyen du Parana de 17.000 m3/S est tombé à 6. 200 m3/s, juste au-dessus du minimum historique (5.800 m3/s) enregistré en 1944.

Conséquence directe, la production d'électricité de la centrale de Yacyreta, entre Argentine et Paraguay qui fournit 14 % de l'électricité du pays, a été réduite de moitié.

"L'année dernière, nous pensions être au plus bas, mais cette année, la situation s'est encore aggravée", note Marcelo Cardinalli, directeur des opérations de la centrale.

"Impact gigantesque"

Ces basses eaux ont également affecté la reproduction des poissons, empêchés de frayer dans les lagunes et les bras du fleuve déconnectés du cours principal par d'énormes bancs de sable.

"Le stress sur le système biotique causé" par les bras desséchés du fleuve"est aggravé par l'augmentation de la teneur en sel de l'eau", explique le géologue Carlos Ramonell.

L'étiage a provoqué l'apparition d'une traînée de détritus et, là où il y avait des lagunes, des mauvaises herbes ont poussé et profitent au bétail.

Avec les basses eaux, tous les produits chimiques - mercure, plomb - se concentrent en mêmes endroits. "Quand l'eau reviendra, les poissons suceurs de boue mourront. Nous allons voir un impact gigantesque", prévoit Ana Pirkas, une habitante de la ville de Goya, dans la province argentine de Corrientes, célèbre pour son tourisme de pêche, aujourd'hui en suspens.

L'interdiction en cours de pêcher le week-end vise à protéger les quelque 200 espèces présentes dans le fleuve.

"Depuis que les barrages ont été construits, le fleuve a beaucoup changé", estime Ramon Acuña, un pêcheur aux tempes grisonnantes.

De l'abondance de tarpons, au sommet de la pyramide alimentaire des poissons du Parana que son père avait l'habitude de pêcher, il ne reste qu'un lointain souvenir.

Incendies dans le delta du fleuve Parana (San Nicolas) le 31 août

"Impact gigantesque"

Ces basses eaux ont également affecté la reproduction des poissons, empêchés de frayer dans les lagunes et les bras du fleuve déconnectés du cours principal par d'énormes bancs de sable.

"Le stress sur le système biotique causé" par les bras desséchés du fleuve"est aggravé par l'augmentation de la teneur en sel de l'eau", explique le géologue Carlos Ramonell.

L'étiage a provoqué l'apparition d'une traînée de détritus et, là où il y avait des lagunes, des mauvaises herbes ont poussé et profitent au bétail.

Avec les basses eaux, tous les produits chimiques - mercure, plomb - se concentrent en mêmes endroits. "Quand l'eau reviendra, les poissons suceurs de boue mourront. Nous allons voir un impact gigantesque", prévoit Ana Pirkas, une habitante de la ville de Goya, dans la province argentine de Corrientes, célèbre pour son tourisme de pêche, aujourd'hui en suspens.

L'interdiction en cours de pêcher le week-end vise à protéger les quelque 200 espèces présentes dans le fleuve.

"Depuis que les barrages ont été construits, le fleuve a beaucoup changé", estime Ramon Acuña, un pêcheur aux tempes grisonnantes.

De l'abondance de tarpons, au sommet de la pyramide alimentaire des poissons du Parana que son père avait l'habitude de pêcher, il ne reste qu'un lointain souvenir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK