Le pape viendra parler de "paix" en Birmanie en pleine crise des Rohingyas

Le pape François salue la foule, le 11 octobre 2017 place Saint-Pierre, à Rome
2 images
Le pape François salue la foule, le 11 octobre 2017 place Saint-Pierre, à Rome - © Alberto PIZZOLI

Attendu fin novembre en Birmanie, le pape François vient en émissaire de "paix", a assuré l'Eglise jeudi, alors que sa défense des Rohingyas musulmans qui fuient en masse ce pays agité par un bouddhisme radical risque d'enflammer l'opinion publique birmane.

"Nous ne savons pas encore de quoi il parlera et s'il évoquera la crise en Etat Rakhine", a précisé Mariano Soe Naing, porte-parole de la Conférence des évêques catholiques de Birmanie, interrogé par l'AFP après la publication cette semaine par le Vatican du programme de la visite.

L'Etat Rakhine, région de l'ouest de la Birmanie est au cœur du conflit entre rebelles rohingyas et armée, qui a conduit depuis fin août à la fuite de plus d'un demi-million de civils rohingyas au Bangladesh voisin.

Le pape, qui n'a pas hésité à parler publiquement de "la persécution de la minorité religieuse de nos frères rohingyas", débutera sa visite par une rencontre avec la Prix Nobel de la paix et de facto chef du gouvernement Aung San Suu Kyi, critiquée à l'étranger pour composer avec l'armée et une opinion publique xénophobes.

Néanmoins, cette visite historique du pape suscite un certain enthousiasme : 200.000 personnes sont attendues à la messe qui sera célébrée le 29 novembre à Rangoun, la capitale économique, selon la Conférence des évêques catholiques. Quelque 100.000 personnes sont déjà inscrites, un mois et demi avant la visite.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK