Le pape révoque deux évêques chiliens pour agressions sexuelles sur mineur

Le pape
Le pape - © ANDREAS SOLARO - AFP

Le pape a révoqué deux évêques chiliens pour agressions sexuelles sur mineur, a fait savoir le Vatican samedi. Australie, Chili, États-Unis, Allemagne... Partout dans le monde des accusations circonstanciées de viols, d'abus sexuels, de pédophilie et de sévices physiques visent l'Église catholique et ses dignitaires. Le pape recevait ce samedi le président du Chili, Sebastian Piñera. Il a choisi le jour de cette visite pour annoncer qu'il exclut de l'Eglise deux ecclésiastiques chiliens de premier plan: un évêque et un ancien archevêque. Par cette rencontre et la sanction de ces hommes d'Eglise, le pape tente de répondre au vaste scandale d'abus sexuels qui agite le Chili.

Le Chili découvre peu à peu l'ampleur des abus : 119 enquêtes ont été ouvertes ces derniers mois pour agressions sexuelles de la part de membre de l'Eglise, 167 sont soupçonnés d'abus dont 7 évêques. Cet été des perquisitions ont été menées au Chili pour confirmer ces soupçons mais aussi cerner qui a pu couvrir les abuseurs. Et tout cela pourrait n'être que le début d'un plus grand déballage. 

En tout cas, quand le pape François s'est rendu au Chili en janvier, toute sa visite avait été dominée par ce scandale. Depuis il tente d'y répondre. Il avait d'abord reçu les victimes au Vatican. Puis il avait convoqué tous les évêques chiliens, et tous lui avaient présenté leur démission, il en avait accepté 7. Ensuite le mois dernier le pape a défroqué un prêtre abuseur. Et il pose la même sanction aujourd'hui mais vis à vis d'un évêque et plus haut encore d'un archevêque. 

L'Eglise catholique est en perte de fidèles au Chili. Ce scandale accélère la tendance. Le pape en défroquant ces prêtres veut donner un signal de fermeté aux Chiliens, mais également dans les autres pays concernés par de tels scandales, l'Irlande, l'Allemagne, l'Australie, les Pays-Bas ou encore les Etats-Unis. 

Le pape a également rencontré le Président du Chili

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK