Le Pakistan lance son premier recensement en près de vingt ans

Une employée du bureau de recensement, accompagnée par un soldat, marque une maison après avoir recueilli les informations nécessaires, le 15 mars 2017 à Karachi, au Pakistan
5 images
Une employée du bureau de recensement, accompagnée par un soldat, marque une maison après avoir recueilli les informations nécessaires, le 15 mars 2017 à Karachi, au Pakistan - © ASIF HASSAN

Le Pakistan a lancé mercredi son premier recensement en près de deux décennies, un exercice titanesque aux profondes répercussions politiques, mené sous très haute sécurité par des dizaines de milliers de recenseurs civils et militaires.

"C'est un processus mouvementé, mais nous sommes prêts", a indiqué à l'AFP Nadeem Ehsan, un instituteur arborant un gilet marqué "recensement 2017" pour collecter les informations dans son quartier de Peshawar (ouest), accompagné de trois militaires et quatre policiers.

"Nous étions inquiets pour la sécurité mais le gouvernement nous a rassurés", a-t-il ajouté, marquant à la craie les portes des maisons déjà recensées.

Plus de 300 000 personnes impliquées

Plus de 300 000 personnes sont impliquées dans l'exercice, dont 84 000 recenseurs civils, pour l'essentiel des instituteurs et fonctionnaires locaux, et 44 000 recenseurs militaires qui rempliront leurs propres fiches.

Il s'agit d'un pari colossal pour un pays à la bureaucratie mal armée pour de tels défis logistiques.

L'enregistrement officiel des changements démographiques majeurs intervenus au cours des deux dernières décennies pourrait avoir de lourdes répercussions sur les circonscriptions électorales, la répartition des sièges à l'Assemblée nationale, ou encore la distribution des fonds fédéraux. Un enjeu majeur à un an des législatives.

Une population estimée à 200 millions de personnes

En 1998, le Pakistan comptait officiellement 134,7 millions d'habitants. Considéré par l'ONU comme le sixième pays le plus peuplé du monde, le pays a désormais une population estimée à environ 200 millions d'habitants.

La puissante province du Pendjab (centre) pourrait voir son hégémonie bousculée car sa population croît plus lentement qu'ailleurs. Les Baloutches craignent quant à eux de devenir une minorité dans leur propre province du Baloutchistan, en raison d'un afflux de populations pachtounes, dont de nombreux réfugiés afghans.

L'exercice va aussi permettre de mesurer les minorités marginalisées comme les hindous et chrétiens, ainsi que les transsexuels, comptés à part pour la première fois.

La puissante armée pakistanaise a indiqué avoir mobilisé 200 000 hommes pour l'opération qui doit durer jusqu'à fin mai.

L'ONU s'inquiète

Pour le gouvernement, les militaires sont là afin d'assurer la sécurité et se comporteront en "observateurs neutres" pour s'assurer que les recenseurs civils, soumis à des pressions, ne gonflent pas les chiffres.

Mais l'ONU s'est inquiétée de la collecte parallèle d'informations par l'armée, qui empiète sur le principe de confidentialité nécessaire pour qu'un recensement ne devienne pas un fichage massif de population.

Le Bureau des Statistiques du Pakistan a annoncé qu'il publierait des résultats préliminaires fin juillet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK