Le Pacte sur les migrations approuvé à Marrakech

Le Pacte mondial des Nations unies sur les migrations a été formellement approuvé lundi à Marrakech, après la proclamation orale et le traditionnel coup de marteau, devant quelques 150 pays réunis en conférence intergouvernementale.

 

"Ce moment est le produit inspiré d'efforts", a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à l'ouverture des débats. "Nous ne devons pas succomber à la peur ou aux faux narratifs" sur la migration, a-t-il insisté. Antonio Guterres a également dénoncé les "nombreux mensonges" propagés sur cet accord. Réaffirmant également que le Pacte ne permettait pas à quelqu'un d'aller où il voulait et que le texte n'était pas contraignant

 

Pas de liste officielle

 

Mais ce matin, il était encore impossible de connaître dans le détail la liste des présents et des absents. En effet, aucune liste officielle n'est disponible. On sait, cela dit, qu'un peu plus de 150 des 193 pays représentés à L'ONU sont représentés à Marrakech. Seule une douzaine de chefs d'Etat et de gouvernement sont sur place, dont Charles Michel, le Premier ministre ou la chancelière allemande, Angela Merkel.

En tout, une quinzaine de pays ont fait part de leur retrait ou du gel de leur décision sur le pacte. Les Etats-Unis s'étaient déjà désolidarisés, dès juillet dernier, du Pacte. Très rapidement d'autres pays ont suivi : la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, l'Autriche, l'Australie, la Slovaquie, la Lettonie ou encore la République dominicaine. Sept autres pays ont souhaité plus de consultations internes comme la Belgique, la Bulgarie, l'Estonie, l'Italie, la Slovénie ou la Suisse.

Rappelons que ce texte, destiné à renforcer la coopération internationale pour une "migration sûre, ordonnée et régulière", doit encore faire l'objet d'un ultime vote de ratification le 19 décembre à l'Assemblée générale des Nations unies.

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK