Le Nobel de la Paix attribué à Denis Mukwege et Nadia Murad pour leur combat contre les violences sexuelles

Le comité Nobel norvégien a dévoilé le nom du prix Nobel de la Paix 2018 sur le coup de 11h ce vendredi. C'est Denis Mukwege et Nadia Murad qui sont récompensés par le prestigieux prix "pour leurs efforts pour mettre fin à l'emploi des violences sexuelles en tant qu'arme de guerre". Ils avaient déjà été tous les deux récompensés par le prix Sakharov décerné par le Parlement européen. Le premier en 2014, la seconde en 2016.

Surnommé "l'homme qui répare les femmes", Denis Mukwege est un gynécologue et militant des droits humains congolais.

En fin de journée, le docteur a adressé un communiqué au comité du Nobel. " Je suis honoré d'être nommé aux côtés de Nadia Murad avec qui je partage ce combat depuis quelques temps. Ce prix Nobel traduit la reconnaissance de la souffrance et le besoin d'une réparation juste en faveur des femmes victimes de viol et violence sexuelle dans tous les pays du monde et sur tous les continents. C'est un pas important vers cette réparation tant attendue  que nous devons tous à ces femmes."

Le gynécologue ajoute que son prix n'aura de signification que s'il joue le rôle de mobilisation pour changer la situation des victimes en zone de conflits armés. " Je dédie ce prix Nobel aux femmes de tous les pays du monde, meurtries par les conflits et confrontées à la violence de tous les jours. Chères survivantes du monde entier, je voudrais vous dire qu'à travers ce prix, le monde vous écoute et refuse l'indifférence. Le monde refuse de rester les bras croisés face à votre souffrance. Nous espérons que le monde ne tardera plus à agir avec force et détermination en votre faveur car la survie de l'humanité dépend de vous."

>>> À lire aussi : Denis Mukwege : "Pour les viols au Congo, ils utilisent des enfants"

Nadia Murad Basee Taha, une jeune Irakienne de 23 ans forcée de devenir esclave sexuelle pour le groupe djihadiste Etat islamique milite pour que les persécutions commises en 2014 contre les yazidis soient considérées comme un génocide. Elle a été enlevée de son village de Kocho, près de Sinjar (nord de l'Irak) en août 2014 et emmenée à Mossoul, ville contrôlée par l'EI. Elle a été soumise à des viols collectifs par les combattants de l'EI et vendue à plusieurs reprises comme esclave sexuelle.

L'annonce était d'autant plus attendue que la saison Nobel a été amputée cette année de son autre prix le plus prestigieux, la littérature, reporté d'un an à cause d'un scandale de viols ayant ébranlé l'Académie suédoise sur fond de tornade #MeToo.

Denis Mukwege : JT 15/09/2018

Nadia Murad : Brut 04/04/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK