Le meurtre d’un jeune homosexuel bouleverse l’Espagne

Émotion en Espagne ce week-end. Samuel Luiz Muñiz, un jeune homme âgé de 24 ans, a été passé à tabac au sortir d’une boîte de nuit. Des milliers de manifestants se sont réunis lundi pour dénoncer un crime homophobe.


►►► A lire aussi : Unia a ouvert un nombre record de dossiers liés à l’homophobie en 2019


Dans la nuit du 2 au 3 juillet, Samuel Luiz Muñiz est roué de coup à la sortie d’une boîte de nuit de la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne. D’après des témoins, sept personnes l’auraient pris à partie alors qu’il était en appel vidéo. Selon le journal espagnol El Pais, les agresseurs ont pensé qu’ils étaient enregistrés par Samuel, ce qui les aurait poussés à passer à l’acte.

L’aide infirmier de 24 ans n’a pas résisté aux coups de ses agresseurs. Victime d’un traumatisme crânien, le jeune homme a succombé à ses blessures à l’hôpital.

Choc en Espagne

Le caractère homophobe de l’agression n’est pas écarté, mais il doit encore être déterminé par l’enquête.

Depuis l’Espagne est en émoi. En mémoire du jeune homme, plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés ce lundi à Madrid. "Justice pour Samuel", "Ce ne sont pas des coups, ce sont des assassinats" scandait la foule sur la place de la Puerta del Sol. Des manifestations ont eu lieu lundi soir dans d’autres villes espagnoles, comme à la Corogne, rassemblant souvent plusieurs centaines de personnes, d’après les photos et les vidéos postées sur les réseaux sociaux.


►►► A lire aussi : Un jeune agressé lors de la journée contre l’homophobie à Audenarde : deux mineurs devant le juge


Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol s’est exprimé sur Twitter. "J’espère que l’enquête de la police permettra de trouver rapidement les auteurs du meurtre de Samuel, et de clarifier les faits. C’était un acte sauvage et impitoyable."

Le ministre espagnol de l’Intérieur Fernando Grande-Larlaska a quant à lui souligné qu’il n’y avait eu aucune arrestation pour le moment et qu'"aucune piste n’était écartée, ni celle délit de haine ni aucune autre".

L’enquête est en cours

Plusieurs dizaines de personnes ont déjà été interrogées et trois suspects ont été arrêtés. D’après El Pais, il s’agit de deux hommes et une femme âgés de 20 à 25 ans et résidant à La Corogne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK