Le Liban ouvre la porte à une médiation américaine sur ses frontières avec Israël

Le Liban ouvre la porte à une médiation américaine sur ses frontières avec Israël
Le Liban ouvre la porte à une médiation américaine sur ses frontières avec Israël - © Belga

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a jugé jeudi "viable" un processus de négociations sous médiation américaine pour résoudre les différends frontaliers du Liban avec Israël.A l'issue d'une rencontre avec le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo à Washington, il a dit avoir confirmé "l'engagement" de Beyrouth à "poursuivre le processus de négociations" engagé par l'administration américaine au sujet de ses "frontières terrestres et maritimes". "Nous considérons que ce processus est viable", a-t-il ajouté, promettant une "décision définitive dans les prochains mois, probablement en septembre". A ses côtés lors de ces brèves déclarations aux médias, le secrétaire d'Etat américain a salué l'engagement du chef du gouvernement libanais à "faire des progrès vers la reprise de discussions productives au niveau des experts".

Ces discussions doivent porter selon lui "sur les quelques points encore en suspens au sujet de la ligne bleue" de cessez-le-feu avec Israël, gardée par l'ONU depuis le retrait des troupes israéliennes du sud du Liban en 2000. En jeu aussi, outre la poursuite de ces pourparlers déjà engagés, "l'ouverture de discussions sur la frontière maritime entre Israël et le Liban", a ajouté Mike Pompeo. "Nous sommes prêts à participer aux discussions maritimes en tant que médiateur et facilitateur, et nous espérons qu'il y aura rapidement des discussions substantielles sur ces sujets importants, dont la résolution serait très positive pour le Liban et le reste de la région", a-t-il conclu. La dispute concernant les frontières maritimes entre les deux pays encore techniquement en guerre est sensible notamment en raison du litige gazier qui en découle. Le Liban a signé en février 2018 son premier contrat d'exploration offshore avec un consortium dominé par le groupe français Total.

Deux blocs sont concernés, notamment le bloc 9, dont une partie se trouverait dans une zone maritime disputée avec Israël. Washington a approché ces derniers mois les deux pays pour proposer sa médiation. Fin mai, le gouvernement israélien avait dit accepter "d'entamer des discussions bilatérales avec la médiation des Etats-Unis pour mettre un terme au litige frontalier". 

Traduction Saad Hariri, premier ministre libanais: ""Aujourd'hui, j'ai rencontré le Secrétaire américain Pompeo, que je considère comme un grand ami du Liban. Je l'ai remercié du soutien continu du gouvernement américain au Liban, et en particulier aux forces armées libanaises et aux forces de sécurité nationales. J'ai réaffirmé notre partenariat et notre engagement commun dans la lutte contre le terrorisme. J'ai également confirmé au secrétaire notre engagement à poursuivre le processus de négociation dirigé par l'ambassadeur (David) Satterfield au nom du gouvernement américain concernant nos frontières terrestres et maritimes. La proposition a été communiquée au président. Nous estimons que le processus est viable. Nous continuerons d’appuyer les prochaines étapes constitutionnelles menant à une décision finale dans les mois à venir, en septembre, avec un peu de chance. Nous nous engageons à faire progresser La conférence du cèdre et son plan d’investissement, essentiels à la relance de l’économie libanaise, qui renforceront la sécurité et la stabilité du Liban et de la région. Je vous remercie."

Traduction Mike Pompeo, Secrétaire d'Etat américain: "Merci. Merci, Monsieur le Premier ministre, bienvenue encore une fois. Je connais bien le Premier ministre depuis plusieurs années et je vous suis reconnaissant de votre présence et de votre visite ici aujourd'hui. Au cours de notre conversation, j'ai réitéré les déclarations des États-Unis pour un engagement en faveur d'un avenir brillant pour le peuple libanais.  Dans le cadre de cet engagement commun, nous continuons à soutenir les institutions étatiques crédibles à l'intérieur du Liban, qui sont indispensables à la préservation de la sécurité, de la stabilité et de la souveraineté du Liban, ainsi qu'à la satisfaction des besoins de la population libanaise.  Elles sont également essentielles pour une réponse efficace aux nombreux défis politiques, économiques et humanitaires au Liban, une région menacée par l'Iran et une nation menacée par son représentant, le Hezbollah. Nous félicitons le courageux engagement du Premier ministre à continuer d'assumer l'entière responsabilité de la défense du Liban. Nous saluons également son engagement à entreprendre les réformes ambitieuses et nécessaires qui débloquera la future assistance internationale pour l'économie libanaise. Nous tenons également à vous remercier et nous nous félicitons de leur engagement à fournir aux réfugiés, en particulier le million de personnes venues de Syrie au Liban. Vous leur avez fourni un abri contre le régime répressif et dépravé d'Assad. Et nous apprécions cela. Nous sommes impatients de continuer à progresser dans notre partenariat. Je suis également très reconnaissant de la déclaration du Premier ministre sur l'engagement pris de faire avancer les discussions productives au niveau des experts sur les quelques points restants concernant la Ligne bleue et les discussions initiales sur la frontière maritime israélo-libanaise. Nous sommes prêts à participer en tant que médiateur et facilitateur aux discussions maritimes et nous espérons que nous aurons bientôt des discussions de fond sur ces questions importantes. Cette résolution serait très bénéfique pour le Liban et pour la région dans son ensemble. Monsieur le Premier ministre, merci encore d'être venu aujourd'hui. Bonne chance à vous. C'était génial d'être avec vous. Je vous remercie. Merci à tous."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK