Le Kremlin dénonce la décision britannique d'augmenter le plafond de son arsenal nucléaire

Le Kremlin a dénoncé mercredi la décision du gouvernement britannique d’augmenter le plafond de son arsenal nucléaire, une première depuis la chute de l’Union soviétique. "Nous regrettons beaucoup que la Grande-Bretagne a choisi la voie de l’augmentation de ses armes nucléaires", a relevé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. "Cette décision nuit à la stabilité mondiale et à la sécurité stratégique".

La Russie, une menace majeure selon Londres

Londres a décidé de relever ce plafond au terme de sa première revue stratégique en matière sécurité, de défense et de politique étrangère post-Brexit. Elle érige aussi la Russie en menace majeure pour le pays, Londres et Moscou entretenant des relations délétères depuis des années, notamment du fait des empoisonnements en territoire britannique de détracteurs du pouvoir russe. "Aucune menace n’émane de la Russie", a répliqué M. Peskov, jugeant "inacceptable" d’affirmer le contraire.

D’après le rapport publié mardi, Londres prévoit de porter de 180 à 260, soit une hausse d’environ 45%, le plafond maximum de son stock d’ogives nucléaires, mettant fin à un désarmement progressif en œuvre depuis la dislocation de l’URSS il y a trente ans. Ce changement de cap est justifié par une "gamme croissante de menaces technologiques et doctrinales", selon le document.

Elle prend le contrepied d’objectifs internationaux de lutte contre la prolifération, quelques semaines après qu’Américains et Russes se sont entendus sur la prolongation d’un traité de limitation des armes nucléaires. "L’existence d’armes nucléaires est une menace pour la paix sur toute la Terre", a relevé Dmitri Peskov.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK