Le Kenya envisage la peine de mort pour les braconniers

Le Kenya envisage la peine de mort pour les braconniers
Le Kenya envisage la peine de mort pour les braconniers - © MUJAHID SAFODIEN - AFP

Najib Balala, ministre du tourisme et de la protection des espèces sauvages du Kenya, a annoncé que les braconniers décimant les animaux sauvages pourraient bientôt être passibles de la peine de mort.

Selon M. Balala, les moyens actuels de dissuasion contre le massacre des animaux sauvages en Afrique de l'Est sont insuffisants, selon l'agence de presse chinoise Xinhua. Jusqu’ici, les personnes reconnues coupables de braconnage risquaient l’emprisonnement à perpétuité ou une amende pouvant atteindre 200.000 dollars, soit environ 170.000 euros.

L’an dernier, 69 éléphants et neuf rhinocéros ont pourtant été tués dans le pays, qui compte respectivement 34.000 et moins de 1.000 animaux de chaque espèce.
Le Kenya abrite une grande variété d'espèces protégées dans les parcs nationaux et les réserves: lions, les rhinocéros noirs, les autruches, les hippopotames, les buffles, les girafes et les zèbres.

Cette décision pourrait mettre le Kenya en conflit avec l' ONU , qui s'oppose à la peine de mort pour tous les crimes dans le monde...

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK