Un canon à eau pour refroidir la centrale de Fukushima

Réacteurs 3 et 4 de la centrale de Fukushima Daiichi
3 images
Réacteurs 3 et 4 de la centrale de Fukushima Daiichi - © Tokyo Electric Power Co

Après l'échec de l'arrosage par hélicoptère, on tente de refroidir le coeur du réacteur 4 avec un canon à eau. Cette nuit de nouvelles secousses sismiques ont été ressenties au Japon et la situation est loin de s'améliorer à la centrale nucléaire de Fukushima.

La situation est très critique, ce mercredi, à la centrale de Fukushima. Les autorités japonaises tentent désespérément de prévenir une catastrophe nucléaire majeure. Cinq jours après le séisme et le tsunami dévastateur, l'enchaînement alarmant des accidents se poursuit dans cette centrale, située au nord-est du pays, à 250 km de Tokyo.

De nouveaux incendies se sont produits dans deux réacteurs et l'enceinte de confinement du réacteur 3 est "partiellement endommagée", selon les autorités japonaises. 

Les autorités japonaises envisagent désormais d'utiliser un camion-citerne avec canon à eau pour arroser le réacteur 4 de la centrale de Fukushima, afin de refroidir le combustible nucléaire qui chauffe de façon inquiétante, a affirmé mercredi la chaîne de télévision publique NHK.

Un engin spécial de la police municipale de Tokyo doit être dépêché sur le site mercredi soir, afin de mettre en oeuvre ce recours technique inédit, après une tentative avortée par hélicoptère.

En lien avec les autorités, la compagnie d'électricité japonaise Tokyo Electric Power (TEPCO) étudie depuis mardi diverses solutions pour remplir la piscine dans laquelle se trouve le combustible, faute de pouvoir employer les moyens habituels de refroidissement.

Le réacteur 4, qui était à l'arrêt pour maintenance au moment du puissant séisme de vendredi, contient encore des barres de combustible radioactif qui présentent un danger si elles restent hors d'eau.

Mardi, le réacteur 4 a subi un incendie. Il cause depuis d'énormes soucis aux équipes techniques, lesquelles se battent aussi pour garder le contrôle des cinq autres réacteurs de cette centrale Fukushima 1 implantée dans la zone dévastée par le séisme et le tsunami.

La piscine de stockage, principale préoccupation

La piscine de stockage de combustible usé du réacteur 4 de la centrale de Fukushima constitue désormais "la principale préoccupation" au Japon, avec des risques de rejets radioactifs "directement dans l'atmosphère", estime mercredi l'Autorité française de sûreté nucléaire.

L'ASN juge également "préoccupante" l'évolution de la sûreté du réacteur 3 où "l'enceinte de confinement (...) pourrait avoir été endommagée" et où le niveau d'eau s'avérerait difficile à maintenir.

Concernant le réacteur 2, les deux explosions de mardi ont "probablement entraîné une dégradation de l'enceinte de confinement en sa partie inférieure", rapporte l'ASN, ce qui "serait à l'origine de l'augmentation significative des rejets radioactifs détectés de manière ponctuelle en limite du site".

Le personnel de la centrale a regagné la salle de contrôle

La radioactivité mesurée à l'entrée de la centrale a fortement augmenté avant de diminuer ensuite. La capitale japonaise n'est pas épargnée. Les taux de radiation mesurés au Nord de Tokyo sont 300 fois supérieurs à la normale.

Le personnel de la centrale nucléaire de Fukushima, qui avait été évacué mercredi matin en raison d'une élévation de la radioactivité mesurée sur le site, est revenu pour poursuivre les opérations après vérification des données, d'après l'exploitant, Tokyo Electric Power.

"Les autorités avaient évacué les employés vers une zone sûre, de façon temporaire", aux dires du porte-parole du gouvernement, Yukio Edano.

Selon un responsable de l'Agence de sûreté nucléaire, "l'éloignement du personnel avait été ordonné vers 10H40 (01H40 GMT) à cause d'une brusque montée des mesures du niveau de radioactivité".

Toutefois, les données se sont par la suite révélées erronées et les techniciens ont regagné le site pour poursuivre une série d'opérations délicates dans le but de venir à bout d'une série d'avaries touchant les six réacteurs de cette centrale appelée Fukushima 1.

RTBF avec agences

Ecoutez toute l'interview d'Etienne Leblanc, envoyé spécial de Radio Canada (N. Willems)

Agence fédérale de contrôle nucléaire


Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK