Le Hezbollah libanais dénonce le maintien de forces américaines en Syrie

Discours du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah diffusé par la chaîne du mouvement Al-Manar, le 19 janvier 2018
Discours du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah diffusé par la chaîne du mouvement Al-Manar, le 19 janvier 2018 - © Handout

Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, dont les combattants sont engagés en Syrie aux côtés du régime, a dénoncé vendredi le maintien de troupes américaines dans ce pays, y voyant un "prétexte" pour avoir des "bases" au Moyen-Orient.

Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a affirmé mercredi qu'il était "crucial" de "maintenir une présence militaire en Syrie", jusqu'à ce que le groupe jihadiste Etat islamique (EI) soit totalement vaincu, mais aussi pour contrer l'influence iranienne.

Téhéran, bête noire de l'administration américaine, est l'un des principaux alliés du régime en Syrie, où il a envoyé des milliers de combattants.

"Avec comme prétexte l'EI, ils (les Etats-Unis) veulent rester en Syrie", a lancé le chef du Hezbollah lors d'une allocution télévisée consacrée à ses combattants morts au front.

Après une montée fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Irak et en Syrie, l'EI a vu son califat autoproclamé s'écrouler sous le coup de multiples offensives.

"Les Irakiens et les Syriens sont capables d'empêcher le retour de l'EI (...) pas besoin de bases américaines ou de forces américaines", a martelé M. Nasrallah.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK