Le groupe de Visegrad appelle Minsk à "ouvrir la voie à une solution politique"

Les présidents des quatre pays du groupe de Visegrad ont appelé mercredi les autorités du Bélarus à trouver une solution politique à la crise, alors que les manifestions se poursuivaient à travers le pays pour réclamer le départ du président Loukachenko.

"Nous appelons les autorités de la République du Bélarus à ouvrir la voie à une solution politique et à respecter les droits de et libertés fondamentaux de l’Homme, tout en s’abstenant de recourir à la violence contre les manifestants pacifiques", ont écrit les présidents polonais, tchèque, slovaque, et hongrois dans une déclaration commune.

Les présidents ont également exprimé leur soutien au droit des Bélarusses "à des élections présidentielles libres, justes et démocratiques".

Demande de non-ingérence

Ils ont aussi appelé "tous les acteurs étrangers à s’abstenir de toute action qui porterait atteinte à l’indépendance et à la souveraineté du Bélarus", dans une allusion claire à la Russie.

Les chefs d’Etat des quatre pays se sont également félicité de la convocation du Conseil européen pour "prendre toutes les mesures nécessaires, […] afin d’établir un dialogue entre les représentants des autorités bélarusses et de la société, ainsi qu’envisager des mesures de solidarité avec le peuple bélarusse".

Le sommet extraordinaire de l’UE sur la crise au Bélarus a commencé mercredi à la mi-journée.

Convoquée dans l’urgence lundi par le président du Conseil, Charles Michel, cette réunion par visioconférence des 27 dirigeants de l’UE se tient au onzième jour de manifestations contre la réélection du président Alexandre Loukachenko.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK