Coups de feu au Grand Journal: "J'ai tiré pour qu'on parle de mon Dieu"

Le plateau de l'émission a été évacué. L'auteur présumé a été rapidement maîtrisé par les forces de l'ordre. Voir la vidéo de l'incident ci dessous.

Le forcené "s'est adressé à sa voisine dans le public en lui disant qu'à sa place, il ne resterait pas là", a expliqué Michel Denisot, le présentateur, lors de la reprise de l'émission. Tout est rentré dans l'ordre rapidement selon un tweet de l'équipe du Grand Journal (voir ci dessous). Dès 20h40, le direct du Grand Journal a repris son cours.

"J'ai tiré en l'air pour qu'on parle de mon Dieu"

L'individu qui a semé la panique n'aurait pas toutes ses facultés mentales, a-t-on appris de source judiciaire. "J'ai tiré en l'air pour qu'on parle de mon Dieu", a-t-il déclaré aux policiers.

Un déséquilibré de 42 ans. En plus du pistolet et de la grenade factice, l'individu était également porteur d'un couteau, selon la police qui confirme qu'il n'y a pas eu de blessé.

Domicilié à Grégolières (Alpes-Maritimes), l'individu, qui a été interpellé par la police, était déjà connu de la justice pour des faits de vols à l'étalage. Le test d'alcoolémie s'est révélé négatif. Il devrait être soumis à un examen psychiatrique, précise-t-on de source judiciaire.

Le site nicematin.com a diffusé une vidéo de son arrestation (voir ci dessous).

Sécurité renforcée

 

Suite à ces événements, la sécurité a été renforcée samedi à l'entrée du Palais des festivals de Cannes. "Au lendemain de l'incident qui s'est produit vendredi soir, on nous a demandé de fouiller davantage les sacs, de faire beaucoup plus attention", a indiqué un agent de sécurité. 

Ju. Vl. (@julienvlass) avec agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK