La famille grand-ducale du Luxembourg épinglée pour ses dépenses excessives et sa gestion du personnel

Le Grand-Duché du Luxembourg épinglé pour ses dépenses excessives et sa gestion du personnel
Le Grand-Duché du Luxembourg épinglé pour ses dépenses excessives et sa gestion du personnel - © Niviere David/ABACAPRESS.COM - Niviere David/ABACAPRESS.COM

L’été dernier, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a demandé à l’ancien inspecteur des Finances, Jeannot Waringo, d’étudier les dépenses de la Cour luxembourgeoise. Une chose inédite pour le pays. Ce 29 janvier, le rapport a été publié dans la presse luxembourgeoise, et il n’a pas manqué de susciter une certaine polémique dans le pays.

Si on apprend dans ce rapport que le budget alloué aux frais de la famille royale pour 2020 sera de "seulement" 10,6 millions d’euros - un chiffre en baisse puisque diminué de 500.000 € pour cette année à cause du décès en avril 2019 du Grand-Duc Jean -, l’on apprend tout de même que beaucoup de dépenses sont en fait greffées à des ministères, selon le Luxemburger Wort, qui se base sur le rapport.

Entretien du palais ?  233.000 €, à charge du ministère du Développement durable. Rénovation du château de Colmar-Berg ? 946.000 €, à charge du même ministère. Pareil pour les dépenses énergétiques (gaz, électricité, eau), qui dépasse les 310.000 euros.

Pour ce qui est de la sécurité des résidences et des différentes escortes, c’est le ministère de la Défense qui la prend en charge. Des chiffres à retrouver en détail dans le rapport.

De quoi alourdir la facture pour les citoyens. Le coût moyen estimé par Luxembourgeois s’élève à un peu plus de 17,6 € par an, selon le Luxemburger Wort.

De plus, les nombreux voyages de Maria Teresa Mestre, en particulier à Paris, et les transfert présumé d'argent public vers des associations ou organisations qu'elle parraine posent question quant à la gestion de l'enveloppe. Et niveau télécommunication et frais postaux, le chiffre s'élèverait à environ 600.000 € et n'est pas facturé à la famille royale. Une gratuité remise en question par certains.

Enfin, le rôle de la Grande-duchesse Maria Teresa Mestre Batista est indirectement pointé du doigt. D’ailleurs, avant la diffusion du rapport, le Grand-Duc avait pris sa défense pour démentir les rumeurs sur les dépenses liées à son épouse. Il en a aussi profité pour rappeler sa lutte et son engagement contre la dyslexie, les violences sexuelles ou pour les enfants emprisonnés en Afrique et l’éducation des femmes. Un travail "essentiel", a-t-il dit.

Cependant, l’on apprend donc dans ce rapport que pas moins de 51 personnes ont quitté leur poste ces cinq dernières années, sans compter les départs à la retraite, alors que l’on compte 89 salariés et 17 travailleurs détachés. Un chiffre qui peut susciter le questionnement alors que l’ambiance et les conditions de travail ne sont pas des plus agréables, selon la presse luxembourgeoise. "La jovialité et l’humour sont rares" dans les échanges, note d’ailleurs le rapporteur Jeannot Waringo.

Enfin, si certains observateurs estiment que c’est une tempête dans un verre d’eau, ce n’est pas la première fois que la Grand-Duchesse fait parler d’elle. Parmi toutes les petites histoires, ce sont les tensions avec sa belle-mère, Joséphine-Charlotte de Belgique (la sœur d’Albert II), décédée en 2005, qui avaient par le passé particulièrement attiré l’attention. Visiblement, les deux femmes ne s’appréciaient pas et ne portaient pas beaucoup d’estime l’une envers l’autre.

Le rapport complet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK