Le gouvernement fédéral propose à la famille syrienne une solution d'accueil humanitaire au Liban

Le gouvernement fédéral propose à la famille syrienne une solution d'accueil humanitaire au Liban
2 images
Le gouvernement fédéral propose à la famille syrienne une solution d'accueil humanitaire au Liban - © HASSAN JARRAH - AFP

Une nouvelle piste au gouvernement fédéral pour sortir de l'épineux problème de la demande de visa humanitaire de la famille syrienne : il pourrait proposer à cette famille d'introduire une demande de visa humanitaire au Liban. Cette information a été confirmée par le Premier ministre Charles Michel (MR) selon l’agence Belga.

La Belgique pourrait appuyer cette proposition auprès du Liban, qui a déjà accordé de tels visas humanitaires. Des contacts diplomatiques ont eu lieu durant le week-end entre la Belgique et le Liban, précise la VRT.

A l'issue de ces contacts, les avocats du secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken adresseront un courrier aux avocats de la famille d'Alep pour expliquer qu'un accueil est bien possible dans ce pays frontalier de la Syrie, qui a déjà la plus forte densité de réfugiés par habitant. Le Liban reste souverain pour décider de la délivrance d'un visa humanitaire. Les contacts diplomatiques positifs au plus haut niveau laissent toutefois entrevoir qu'une demande devrait recevoir une issue favorable à court terme.

Pas d'huissiers

Plus tôt dans la journée, le dossier avait connu une phase d'apaisement, les avocats de la famille syrienne ayant renoncé à envoyer dans la journée des huissiers au cabinet de Theo Francken pour réclamer le paiement d'astreintes prévues par la justice. Ils avaient proposé au gouvernement de faire venir la famille en Belgique en choisissant lui-même la base légale, tout en insistant sur le caractère urgent du dossier: dimanche, l'appartement à Alep dans lequel se trouvaient le couple et leurs deux enfants mineurs a été la cible de deux balles explosives, avaient-ils relaté.

On ignore encore si la piste de l'accueil humanitaire au Liban recevra les faveurs de la famille d'Alep ou si, forte des décisions de justice qui vont dans son sens, elle continuera de réclamer des astreintes pour faire exécuter ces décisions.

Pour rappel, mercredi dernier, la cour d'appel de Bruxelles a condamné l'État belge à exécuter une décision du Conseil du contentieux des étrangers du 20 octobre qui impose aux autorités de délivrer des visas ou laissez-passer à cette famille syrienne qui tente de fuir Alep. Cette condamnation, immédiatement exécutoire, est assortie d'une astreinte de 1000 euros par jour de retard et par membre de la famille, soit un total quotidien de 4000 euros que peut venir réclamer un huissier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK