Le Forum néerlandais pour la démocratie à couteaux tirés sur son désormais ex-président de parti Thierry Baudet

Le Forum néerlandais pour la démocratie à couteaux tirés sur désormais son ex président de parti Thierry Baudet
Le Forum néerlandais pour la démocratie à couteaux tirés sur désormais son ex président de parti Thierry Baudet - © ROBIN UTRECHT - AFP

Thierry Baudet, la figure de proue de la droite populiste aux Pays-Bas, était mercredi à couteaux tirés avec la direction de son parti, dont il a quitté la présidence mardi mais qu’il persiste à vouloir emmener aux prochaines élections législatives.

Trois des cinq membres du bureau du Forum pour la démocratie (FvD) lui ont demandé de quitter la direction du parti. Thierry Baudet avait déjà démissionné mardi de la présidence du FvD à la suite d’un scandale né de la publication de messages antisémites, nazis et homophobes dans des groupes en ligne du JFVD, le mouvement de jeunesse du parti.

Alors qu’il avait renoncé à tirer la liste FvD aux législatives de mars 2021, il est revenu sur cette parole ce mercredi. Dans une première réaction, le porte-parole du parti a affirmé que le bureau l’avait éjecté, mais ce propos a été nuancé par la suite : il lui aurait plutôt été demandé de partir.

L’intéressé a confirmé son refus de quitter le bureau du parti, évoquant un "coup de force".

Le vice-président, Lennart van der Linden, a entre-temps repris la présidence à titre intérimaire. Interrogé sur le changement de cap de Baudet et son ambition, affichée sur Twitter, d’être tête de liste pour les prochaines élections, il s’est dit "surpris", précisant que c’était à la direction du parti d’en décider.

Thierry Baudet, quant à lui, affirme ne plus avoir accès aux locaux du parti mais il a gardé le contrôle du compte Twitter. Il en a profité pour appeler ses opposants au sein du bureau à démissionner eux-mêmes.

Journal télévisé 29/03/2019

En mars 2019, une polémique éclatait aux Pays-Bas. Le parti politique populiste et eurosceptique "Forum pour la démocratie" en appelait à la délation car il souhaitait que les professeurs qui propagent des idées de gauche dans les écoles soient dénoncés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK