Le déficit budgétaire de l'Etat, version Etats-Unis

Voilà qui promet de belles empoignades dans l'année qui précède les prochaines élections présidentielles.

Ce mois de novembre est une date pour les Etats-Unis: ces jours-ci la dette fédérale passe la barre des 15 mille milliards de dollars, soit l'équivalent du Produit Intérieur Brut du pays! Face à cette échéance attendue, le pouvoir politique a demandé par deux fois à six parlementaires de trouver des pistes pour réduire la dette des Etats-Unis de 1200 milliards de dollars, un exercice dont on connait la difficulté en d'autres endroits!

Pour ce faire, le président Obama a confié à six Démocrates et autant de Républicains le choix de faire des propositions. Le résultat de leurs cogitations était attendu pour demain.

Emportés par leurs approches politiques, les deux camps n'ont pas trouvé de terrain d'entente. Pour le camp présidentiel, pour les Démocrates, il fallait taxer les revenus des plus riches; pour leurs adversaires républicains, ce sont les programmes sociaux qui devaient être mis sur la sellette (comme celui d'aide médicale au bénéfice des plus de 65 ans).

Résultat du désaccord au sein de ce "super-comité": dès 2013, une réduction automatique des dépenses entrera en vigueur. Dans un peu plus d'un an, 1200 milliards de dollars seront ponctionné à parts égales sur les programmes civils et militaires, une automaticité qui fait l'objet de contestation dans le camp républicain alors que le président Obama s'est dit déterminé à surveiller un partage équitable de toutes réductions. Voilà qui promet de vigoureux échanges dans les douze mois qui nous conduisent à la prochaine élection présidentielle, sans compter les prises de position des agences de notation qui restent discrètes pour l'instant!

Willy Vandervorst

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK