Le décret anti-immigration de Donald Trump entre en vigueur ce vendredi

Le décret anti-immigration décidé par Donald Trump est entré en vigueur comme prévu à 2 heures, heure belge, dans la nuit de jeudi à vendredi. Concrètement, les ressortissants de 6 pays musulmans ne peuvent plus entrer sur le territoire américain : Syrie, Libye, Iran, Soudan, Somalie et Yémen.

Le président américain veut ainsi lutter contre le terrorisme. Son projet avait été plusieurs fois bloqué par des procédures en justice. Cette fois, il est bien d’application, mais tout de même avec une portée limitée.

Cette fois-ci, l’entrée en vigueur du décret migratoire a été planifiée et annoncée depuis plusieurs jours. Donc, pour l’instant, pas de mauvaise surprise dans les aéroports pour les ressortissants des 6 pays concernés.

Mais certains s’inquiètent toutefois des décisions arbitraires à venir. En effet, certains citoyens de ces 6 pays musulmans vont être exemptés du nouveau décret. Selon le texte, quiconque peut justifier d’une relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux États-Unis pourra entrer sur le territoire américain. Cela veut dire que si un salarié de ces pays est recruté par une entreprise locale ou si un étudiant est admis à l’université américaine, il pourra entrer aux États-Unis. Même chose si le ressortissant a de la famille proche aux États-Unis.

>>> A lire aussi : le décret migratoire de Trump remis partiellement en vigueur

Définition critiquée

Problème: la définition qu’a faite l’administration Trump de la "famille proche" divise. En effet, les parents, les frères et sœurs, les gendres et les belles filles sont considérés comme de la famille proche, mais pas les grands-parents, les oncles et tantes, les neveux et nièces ou les fiancés. Cette définition est critiquée par des organisations de défense des droits de l’Homme et des organisations musulmanes.

Des avocats se tiennent prêts à agir dans les prochaines heures pour aider des ressortissants de ces pays dans les aéroports si besoin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK