Le coronavirus pourrait impacter les pays touchés par le sida, la tuberculose et le paludisme

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a publié mercredi un rapport sur l'impact du coronavirus sur les pays touchés par le sida, la tuberculose et le paludisme.

Selon l'association, 28,5 milliards de dollars (25,2 milliards d'euros) sur les 12 prochains mois sont nécessaires pour "préserver les progrès extraordinaires réalisés dans la lutte contre les trois maladies au cours des deux dernières décennies".

Enjeux immenses

Avec la pandémie mondiale de coronavirus, le nombre de décès annuels liés aux trois maladies pourrait grimper en flèche. "Il est estimé que le nombre de décès dus au VIH, à la tuberculose et au paludisme pourrait doubler en cas de surcharge des systèmes pour la santé, d'interruption des traitements et des programmes, et de détournement des ressources", a précisé le Fonds Mondial dans son rapport.


►►► À lire aussi : Notre dossier sur le coronavirus


"Les enjeux sont immenses", a déclaré Peter Sands, le directeur exécutif du Fonds mondial. "Les répercussions du COVID-19 sur la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, ainsi que d'autres maladies infectieuses, pourraient être catastrophiques. Pour atténuer son impact, il nous faut prendre rapidement des mesures, atteindre des niveaux extraordinaires de responsabilité et de collaboration, et disposer de beaucoup plus de ressources."

Systèmes sous pression

Afin de limiter l'impact du coronavirus, le Fonds mondial a estimé que 28,5 milliards de dollars (25,2 milliards d'euros) doivent être investis sur les 12 prochains mois. De plus, l'association a libéré 1 milliard de dollars (890 millions d'euros) "pour soutenir les pays qui ripostent contre la pandémie, adaptent leurs programmes de lutte le VIH, la tuberculose et le paludisme, et renforcent leurs systèmes de santé déjà sous pression". Des fonds qui seront disponibles à partir du mois de juillet.

Chaque année, le sida, la tuberculose et le paludisme tuent près de 2,4 millions de personnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK